La NSA surveille aussi les cartes bancaires

Les révélations continuent autour de la NSA et de sa surveillance des réseaux. Récemment, la télévision brésilienne annonçait que l’agence américaine aurait ses accès dans le réseau Swift, utilisé pour les transactions bancaires internationales. Cette semaine, le magazine allemand Spiegel apporte de nouvelles informations à ce sujet, indiquant que la NSA aurait l’oeil sur plusieurs millions de transactions bancaires.

Dans le désordre, ce sont le systèmes Swift, Visa, Mastercard ou encore Bitcoin qui seraient surveillés activement par l’agence. Sa base d’informations, nommée « Tracfin » compterait en 2011 plus de 180 millions de données de transactions. Celles-ci sont alors stockées pendant 5 ans, pendant lesquels la NSA peut les éplucher à volonté.

Le magazine explique que la NSA récolte les informations des transactions bancaires de ces différents réseaux depuis 2009, mais qu’elle a notamment accès au réseau Swift depuis 2006. Ce sont ainsi plus de 70 banques qui tombent sous sa surveillance, et si la plupart se trouvent dans des régions dites « de crise », les documents analysés par Spiegel en listent certaines se trouvent en Italie, en Espagne et en Grèce. De même pour Visa, que la NSA surveille depuis 2010 pour « récolter les données transactionnelles, les sauvegarder et les analyser ». Là encore, l’Afrique et le Moyen-Orient sont visés, mais aussi l’Europe. Enfin, Spiegel note que l’agence se plaint du système de chiffrement mis en place par la société de transferts de fonds Western Union. Celui-ci serait en effet tellement puissant qu’un accès dérobé à ses données serait presque impossible, même pour la NSA.