Un jeune utilisateur de drone poursuivi en justice

Depuis plusieurs années, les drones civils se multiplient dans les foyers. Parrot a créé un véritable mode grâce à l’AR.Drone et nombreux sont ceux qui utilisent régulièrement ces objets volants. Seulement, plus rares sont ceux qui ont connaissance de la loi qui encadre strictement leur utilisation. Dans le cas d’un drone équipé d’une caméra, l’utilisation est très réglementée. Selon la zone survolée, une autorisation préfectorale est nécessaire, a fortiori dans le cas d’une agglomération. Le vol doit se faire en vue directe et l’altitude du drone ne peut dépasser 100 mètres au-dessus du pilote.

Lire : AR.Drone : gadget génial ou hélico au rabais ?

C’est sans doute dans cette ignorance que le jeune nancéien de 18 ans a filmé fin janvier dernière des prises de vue de différents lieux de sa ville, avant de publier une vidéo sur différents réseaux sociaux. Malheureusement pour lui, devant le succès de son film, la direction de l’aviation civile n’a pas tardé à le repérer. Le jeune homme est donc poursuivi pour « mise en danger de la vie d’autrui », une première en France.

Le procureur de la ville, Thomas Pison, confirme que « c’est la première fois qu’un utilisateur de drone civil est poursuivi en France sous cette qualification », avant d’ajouter que « manifestement, il ne s’est pas bien rendu compte ce qu’il faisait, mais l’usage de drones est très réglementé, de même que tout aéronef qui circule dans l’espace aérien ». Le jeune homme doit comparaitre devant le tribunal correctionnel dans les prochains mois.

Nancy vu du ciel