PHEME, le détecteur de fausses rumeurs sur Internet

Internet regorge d’informations en permanence. Mais de ce flux continu, de fausses rumeurs polluent très largement la toile et les réseaux sociaux. Parfois amusantes, elles peuvent surtout être gênantes et il est complexe de déterminer rapidement si une information sévère exacte où s’il ne s’agit que d’un ragot. C’est dans ce but qu’a été lancé le projet PHEME (nom tiré d’une déesse romaine qui a pour habitude de faire circuler des rumeurs).

Développé en partenariat avec cinq universités européennes (trois en Angleterre, les deux autres en Allemagne et en Autriche), le dispositif est en mesure de s’assurer de la véracité d’une rumeur. Comme l’expliquent les universitaires, « les réseaux sociaux grouillent de mensonges » aux conséquences « immédiates et considérables » et il est bien souvent « difficile (…) d’étouffer un mensonge afin de calmer une situation ».

PHEME est donc en mesure d’analyser en temps réel les informations pour permettre d’y réagir plus rapidement. Chaque rumeur est passée au peigne fin, depuis sa source à sa diffusion. Puis, elle est classée dans l’une de ces quatre catégories : controverse, désinformation, fausse information ou spéculation. À ce niveau d’avancement, le système est déjà capable de se concentrer manuellement sur plusieurs formes de données : un message sur un réseau social, une photo ou encore une vidéo. Le but à terme est de rendre ce processus automatique. Une première version du programme est en tout cas attendue dans 18 mois, un projet à suivre de très près.