Edward Snowden : neuf mois de révélations

1 : Le programme Prism 2 : L'espionnage des communications des Français 3 : La surveillance des cartes bancaires 4 : Les méthodes de phishing de la NSA 5 : L'interception des SMS partout dans le monde 6 : Les écoutes téléphoniques diplomatiques 7 : XKeyscore : le moteur de recherche espion de la NSA 8 : La surveillance des applications mobiles 9 : La surveillance des ordinateurs non connectés au Net 10 : L'espionnage de webcams des utilisateurs de Yahoo

Le piratage de câbles sous-marins

Le câble sous-marin SEA-ME-WE 4 (crédit : CC BY-SA J.P.Lon)Plus simple encore qu’accéder aux serveurs des sites Internet, la NSA s’est également introduite directement au cœur du réseau. Le 29 décembre dernier, le magazine Der Spiegel révélait, documents à l’appui, que la NSA avait piraté le câble sous-marin SEA-ME-WE 4 qui traverse la mer Méditerranée, la mer Rouge et l’océan Indien.

Pour ce faire, toujours d’après les révélations du Spiegel, la NSA aurait recruté une équipe de hackers, baptisée TAO pour Tailored Access Operations (opérations d’accès adaptées). Créée en 1997, la TAO serait ainsi chargée de recueillir des informations aux quatre coins du monde pour la NSA en infiltrant ou en surveillant les réseaux. Elle serait composée de plus d’un millier de personnes, militaires ou civiles. La TAO aurait espionné le câble sous-marin SEA-ME-WE 4 en collectant les données qui transitait à travers le câble en février 2013. Le câble SEA-ME-WE 4 est notamment celui qui fait transiter les informations émanant des pays du Golf comme l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, ou d’autres pays comme l’Égypte, le Pakistan, le Bangladesh, l’Italie ou la France. L’un des points d’arrivée du câble étant situé à Marseille.

Pour réussir à infiltrer le câble, la TAO aurait « piraté un site interne du consortium des opérateurs et copié les documents y étant stockés se rapportant aux infrastructures techniques ». Grâce à ce piratage, la NSA aurait pu accéder à la couche 2 du réseau, à savoir la couche de liaison de données permettant de savoir quelles sont les infrastructures du réseau, sans pour autant connaître précisément les contenus envoyés ou reçus. Le câble SEA-ME-WE 4 étant géré par plusieurs opérateurs de par le monde, certains d’entre eux, comme Orange, ont décidé de porter plainte contre X.

Sommaire :

  1. Le programme Prism
  2. L'espionnage des communications des Français
  3. La surveillance des cartes bancaires
  4. Les méthodes de phishing de la NSA
  5. L'interception des SMS partout dans le monde
  6. Les écoutes téléphoniques diplomatiques
  7. XKeyscore : le moteur de recherche espion de la NSA
  8. La surveillance des applications mobiles
  9. La surveillance des ordinateurs non connectés au Net
  10. L'espionnage de webcams des utilisateurs de Yahoo
  11. Le piratage de câbles sous-marins