Edward Snowden : neuf mois de révélations

1 : Le programme Prism 2 : L'espionnage des communications des Français 3 : La surveillance des cartes bancaires 4 : Les méthodes de phishing de la NSA 5 : L'interception des SMS partout dans le monde 6 : Les écoutes téléphoniques diplomatiques 7 : XKeyscore : le moteur de recherche espion de la NSA 9 : La surveillance des ordinateurs non connectés au Net 10 : L'espionnage de webcams des utilisateurs de Yahoo 11 : Le piratage de câbles sous-marins

La surveillance des applications mobiles

Après les e-mails, les SMS ou les appels téléphoniques, la NSA s’est également tournée vers les jeux mobiles. D’après un article du Guardian publié le 28 janvier, l’agence américaine aurait en effet accès à certaines informations des utilisateurs de smartphones utilisant des jeux tels qu’Angry Birds.

Angry Birds, nid d’espion. C’est en effet ce qui ressort de l’enquête du Guardian, encore une fois appuyée par les documents révélés par Edward Snowden. D’après le quotidien britannique, la NSA intercepterait en effet les données communiquées par plusieurs dizaines d’applications mobiles afin d’enrichir sa base de données. Si certaines données sont plutôt anodines comme le modèle du téléphone utilisé ou la taille de l’écran, nécessaire à l’optimisation de l’application, d’autres sont bien plus personnelles. Parmi les types de données interceptées par la NSA, le Guardian cite en effet l’âge, le genre ou la géolocalisation de l’individu, mais aussi son orientation ou ses habitudes sexuelles.

Les documents recueillis par le Guardian n’indiquent néanmoins pas l’ampleur des données interceptées par la NSA, mais précisent qu’elle ne touche pas les citoyens américains et que seules des « cibles valides de renseignements étrangers » font l’objet de cette collecte de données.

Suite à ces révélations, des hackers ont décidé de s’attaquer au site Internet de Rovio, l’éditeur du jeu Angry Birds, afin de le défacer et de rebaptiser temporairement le nom de l’application en « Spying Birds ». Si le jeu populaire est le seul explicitement cité dans l’article du Guardian, il n’est pas le seul touché et d’autres applications, demandant des données plus personnelles aux utilisateurs, sont également ciblées par la NSA. L’agence profite en effet de la faible sécurisation des données envoyées pour recueillir le plus d’informations possible. Afin de sécuriser le transfert des données, Mikael Hed, PDG de Rovio, a annoncé que l’application utiliserait désormais des agences de publicité recueillant les données des utilisateurs de manière plus sécurisée. D’après lui, l’interception des données par l’agence américaine serait en effet dû à un manque de sécurisation des protocoles utilisés par les régies affichant des publicités sur Angry Birds.

Sommaire :

  1. Le programme Prism
  2. L'espionnage des communications des Français
  3. La surveillance des cartes bancaires
  4. Les méthodes de phishing de la NSA
  5. L'interception des SMS partout dans le monde
  6. Les écoutes téléphoniques diplomatiques
  7. XKeyscore : le moteur de recherche espion de la NSA
  8. La surveillance des applications mobiles
  9. La surveillance des ordinateurs non connectés au Net
  10. L'espionnage de webcams des utilisateurs de Yahoo
  11. Le piratage de câbles sous-marins