Les plus grands plagiats du jeu vidéo

2 : Pac-Man / Glouton et voraces (K.C. Munchkin!) 3 : Donkey Kong / Crazy Kong 4 : Super Mario Bros. / The Great Giana Sisters 5 : The Legend of Zelda / Golden Axe Warrior 6 : Castlevania / Ninja Gaiden 7 : R-Type / Katakis 8 : Street Fighter II / Fighter’s History 9 : Sonic The Hedgehog / Socket 10 : Crazy Taxi / The Simpsons : Road Rage 11 : Uncharted / Unearthed 12 : Minecraft / Kube 13 : Piou Piou contre les cactus / Flappy Bird

Si si, la contrefaçon existe depuis toujours

Limbo of the Lost : le titre le plus controversé de l’histoire du jeu vidéo.

Si les éditeurs de jeux vidéo ont de plus en plus de mal à se renouveler et se copient (souvent) les uns les autres, le problème ne date pas d’hier… ni même d’avant-hier. Dès les années 70, les fabricants de consoles se sont inspirés de ce qui se faisait chez le voisin. Certains avancent même que Pong, le célèbre jeu d’Atari, est en réalité une copie de l’un des jeux inclus dans l’Odyssey de Magnavox. Une théorie qui a d’ailleurs valu des poursuites à Atari de la part de Magnavox.

1980-1990 : le grand boom des plagiats du jeu vidéo

Mais c’est surtout à partir des années 80 que l’imitation, voire le plagiat pur et dur, explose dans le milieu des jeux vidéo. Si certaines copies sont très réussies et dépassent même l’œuvre authentique, la plupart sont de vulgaires copies, dissimulant à peine leur origine. Pour preuve, ce « Donkey King », qui se contente de ne changer qu’une lettre au Donkey Kong de Nintendo. Si la concurrence entre de grandes compagnies a véritablement du bon (Sonic ne serait probablement jamais né si Mario ne l’avait devancé), elle dépasse trop souvent le seuil de tolérance pour les joueurs et les éditeurs. À partir des années 90, tout s’accélère : les faussaires rivalisent d’imagination pour parfaire leur plagiat, il devient de plus en plus difficile de traquer les imitations. D’autant que les éditeurs disposent d’un catalogue de plus en plus conséquent, et que même chez les « grands », on a tendance à s’inspirer des grands hits créés par les concurrents.

Années 2000 : l’affaire Limbo of the Lost

Et que dire des pratiques qui se développent aujourd’hui ? L’affaire Limbo of the Lost, qui a secoué le monde des jeux vidéo en 2007-2008, en est un parfait exemple. Pour mémoire, ce jeu aurait dû sortir il y a plus de 20 ans sur Atari ST et Amiga. Mais il n’en a rien été, et le jeu est tombé aux oubliettes. Sauf qu’il en est ressorti 15 ans plus tard, et sur Windows cette fois. Les développeurs du jeu ont profité de cette quinzaine d’années pour « emprunter » à tous les blockbusters sortis entre temps la plupart de leurs éléments graphiques. C’est ainsi que l’on retrouve dans Limbo of the Lost des morceaux de Oblivion, Painkiller, Diablo, World Of Warcraft, Thief Deadly Shadows, et même des extraits de films comme Spawn ou Pirates des Caraïbes. À tel point que le jeu a été rapidement retiré du commerce et que les deux fondateurs du studio de développement Majestic Studios ont démissionné.
Nous avons donc compilé dans ce dossier les plus beaux « plagiats » du jeu vidéo, qu’il s’agisse de petits emprunts, ou de copies éhontées de but en blanc. Et comme dans toute industrie, si la pratique a commencé il a plus de 40 ans et a donné lieu à des procès retentissants, il est certain qu’elle est loin de se terminer…

Sommaire :

  1. Si si, la contrefaçon existe depuis toujours
  2. Pac-Man / Glouton et voraces (K.C. Munchkin!)
  3. Donkey Kong / Crazy Kong
  4. Super Mario Bros. / The Great Giana Sisters
  5. The Legend of Zelda / Golden Axe Warrior
  6. Castlevania / Ninja Gaiden
  7. R-Type / Katakis
  8. Street Fighter II / Fighter’s History
  9. Sonic The Hedgehog / Socket
  10. Crazy Taxi / The Simpsons : Road Rage
  11. Uncharted / Unearthed
  12. Minecraft / Kube
  13. Piou Piou contre les cactus / Flappy Bird