[Test] 5 raisons de craquer (ou pas) pour le Fitbit Surge

9/10

Fitbit Surge

210€ > x
On aime
  • Le mode course • La fréquence cardiaque en continu • Notifications pour les SMS et les appels entrants • La simplicité d’utilisation • Lisibilité de l’écran (avec éclairage pour la nuit) • Autonomie (5 à 6 jours) •
On n’aime pas
  • Imprécision de certaines mesures • Chargeur propriétaire • Absence des notifications sur Windows Phone •
Verdict :

Le Surge rassemble avec réussite les fonctions essentielles que l’on attend des bracelets et autres montres connectées. Le GPS (un vrai plus pour tous les joggeurs), les notifications d’appels et l’affichage des textos (sauf sur Windows Phone), le comptage des pas au quotidien et la mesure de la fréquence cardiaque en continu. Ajouter à cela son indéniable simplicité de prise en main, le Surge possède indéniablement de nombreux atouts. Bien sûr, quelques défauts persistent et son design divise (beaucoup trouvent le bracelet trop large). Mais là, c’est affaire de goût.

plus

Le Fitbit Surge se situe entre les bracelets connectés (plutôt dédiés au monitoring d’activité du quotidien) et les montres pour les sportifs réguliers (surtout les joggeurs) en quête de mesures plus précises.

Oui pour le GPS

On le sait avec certitude à présent, les estimations de distance faites à partir de l’accéléromètre sont tout à fait imparfaites. Que les kilomètres parcourus soient sous-estimés (ce qui est le cas du Surge) ou surévalués, le calcul va dépendre notamment des mouvements du poignet, un élément qui n’a donc rien à voir avec la distance.

Avec l’intégration d’un GPS, fini l’approximation des précédents modèles de la gamme Fitbit, le Surge est capable de vous fournir des distances exactes. Attention le GPS n’est pas activé en permanence (par égard pour l’autonomie). Il est associé uniquement à l’activité Footing. Pour l’évaluation des distances parcourues au quotidien, le Surge continue de s’appuyer sur l’accéléromètre.

Point appréciable, le GPS lors de nos tests n’a demandé que quelques secondes pour s’activer. Pendant la course, toutes les informations s’affichent de façon très lisible sur l’écran. Une fois le footing achevé, il est donc possible de récupérer via l’application ou le site Web, la carte avec le tracé parcouru, le rythme moyen, la fréquence cardiaque pendant la course… Des informations qui se révéleront vite indispensables si l’on veut pratiquer le footing de façon régulière et varier ses parcours. 

Oui, pour la fréquence cardiaque

Cela reste une des spécificités du Fitbit Surge fournir en temps réel la fréquence cardiaque. En plus de vous fournir l’information « brute », cela permet également d’affiner les autres mesures fournies. Recoupée avec une prise manuelle du pouls, la mesure affichée s’est toujours révélée pertinente. Pour l’instant aucun autre équipement n’est capable de fournir cette mesure en continu sans devoir porter en complément une ceinture cardiaque.

Oui, les notifications d’appels entrants et les SMS

C’est une fonctionnalité à laquelle on s’habitue très rapidement. Dès lors que l’on est à proximité de son smartphone, les appels entrants et l’arrivée des messages texte sont signalés à l’écran et par une vibration. Les messages texte sont lisibles dans leur intégralité si on le souhaite. Malheureusement, cette fonctionnalité n’est toujours pas active sur Windows Phone. Même si l’application réservée au téléphone sous Windows s’améliore progressivement, elle n’offre pas encore les mêmes possibilités que sous iPhone ou Android.

Non, parce qu’il garde les défauts des bracelets connectés

Il fait bien évidemment tout ce que font les bracelets connectés : compter le nombre de pas, estimer les calories dépensées, évaluer votre sommeil… Pas de révolution à ce niveau. En effet, le Surge conserve les imprécisions des bracelets connectés. Ainsi, les kilomètres calculés lorsque le GPS n’est pas activé seront toujours sous-estimés. Sur notre distance de test, le Surge comptera 1km au lieu de 1,1km et comparé lors d’un footing à un GPS, on enregistrera jusqu’à 600 m d’écart au bout de 4km. 

L’analyse du sommeil reste, quant à elle, toujours incertaine et l’interprétation de ses nuits sous forme de graphique laisse souvent dubitatif. De même sur le long terme, on réalise vite qu’on ne va pas saisir au quotidien les informations sur le moindre de ses repas. Du coup, l’information sur la dépense calorique estimée reste sans grand intérêt.

Oui pour la simplicité

C’est l’une des forces de Fitbit. Quel que soit le modèle testé (Fitbit Flex, Fitbit Charge, Fitbit Charge HR), la prise en main de l’interface s’est toujours avérée simple et les synchronisations avec les téléphones sans douleur. Un point qui peut sembler être un minimum mais qui est loin d’être vérifié chez tous les concurrents.

L’interface que ce soit sur le Web ou le mobile est plutôt bien faite même si on peut espérer certaines améliorations… quelques graphiques peu lisibles et des termes anglais non traduits trainent encore par endroit.

Fitbit Charge HR

210€
Format Bracelet
Ecran Oui
Fréquence cardiaque Oui
Analyse sommeil Oui
Réveil selon plage horaire Non
Réveil silencieux Oui
Etanchéité Jusqu'à 5 ATM
Compatibilté iOS, Android, Windows Phone 8.1
Autonomie 5 à 6 jours
Batterie USB
Poids 48 g
Testé le Avril 2015