[Test] EOS M3 : enfin un bon hybride chez Canon

1 : Le nouvel hybride de Canon 3 : Quelques erreurs de conception regrettables 4 : Un pilotage clair et intuitif 5 : Des performances mécaniques de bon niveau 6 : Une très bonne qualité d’image 7 : Un bon mode vidéo amateur 8 : L’EOS M3 : un hybride polyvalent un peu cher (pour l’instant)

Un appareil robuste et bien pensé

Le premier contact avec l’EOS M3 est riche de promesses. En effet, non seulement le boitier en lui même est compact (111mm(l)x68mm(h)x44mm(p)), mais la finition comme le confort de tenue en main ont été soignés. En effet, malgré l’usage majoritaire de polycarbonate dans la coque, l’impression qui se dégage au contact de l’EOS M3 est la robustesse. La densité de l’ensemble, 565g avec carte, batterie et objectif en kit, n’y est probablement pas étrangère. La qualité de préhension est très bien assurée par une poignée bien dessinée, pourvue d’un efficace revêtement caoutchouc antidérapant et efficacement secondée par un repose pouce profilé.


L’écran arrière qui assure la visée est grand (7,5 cm de diagonale), clair et bien défini  (1 040 000 points au format 3:2). Son taux de rafraichissement assure une fluidité correcte même lorsque la luminosité chute et, même si sa puissance montre classiquement ses limites dans des conditions d’intensité lumineuse élevée, il permet globalement une bonne appréciation du cadre.

Au chapitre des bons points signalons également la possibilité d’orienter le petit flash pop-up. En conséquence, son usage permet de déboucher plus subtilement certaines scènes ne nécessitant pas une puissance élevée (ex : portrait avec des ombres trop marquées).


Sommaire :

  1. Le nouvel hybride de Canon
  2. Un appareil robuste et bien pensé
  3. Quelques erreurs de conception regrettables
  4. Un pilotage clair et intuitif
  5. Des performances mécaniques de bon niveau
  6. Une très bonne qualité d’image
  7. Un bon mode vidéo amateur
  8. L’EOS M3 : un hybride polyvalent un peu cher (pour l’instant)