Batman v Superman : la Geek Critique

4/10

Batman v Superman l’Aube de la Justice

On aime
  • Les clins d'oeil aux fans, la scène d'ouverture, le personnage de Batman.
On n’aime pas
  • Rythme très lent, film beaucoup trop sérieux, Lex Luthor très moyen, scénario sans surprise.
Verdict :

Malgré l’attente suscitée et le fait de réunir trois super-héros à l’écran, Batman v Superman peine à séduire. Le film se prend beaucoup trop au sérieux, sans une seule pointe d’humour avec des personnages torturés comme on en a vu cent fois. Seule la scène d’ouverture parvient à atténuer ce sentiment de gâchis.

plus

Le pitch : Après l’affrontement entre Superman et le Général Zod dans Man of Steel, les habitants de Metropolis vouent pour la plupart une véritable admiration pour l’Homme d’Acier. D’autres sont cependant bien plus critiques. C’est notamment le cas du milliardaire de Gotham City, Bruce Wayne, alias Batman. Face à la menace que représente un être tout puissant qui n’a aucun compte à rendre à quiconque, il va tout faire pour l’éliminer, non sans être influencé par le jeune homme d’affaires Lex Luthor.

5 raisons d’aller voir (ou pas) Batman v Superman

C’est peu dire que le film était attendu par les fans de DC Comics. Au-delà même de son histoire, il s’agit surtout du premier long-métrage mettant en scène plusieurs personnages issus de l’univers DC Comics. Près de 10 ans après Marvel, Warner s’est donc enfin décidé à développer une série de films avec plusieurs super-héros partageant le même univers. Une décision qui ne semblait pas gagnée d’avance puisqu’en dix ans, le studio a eu le temps de sortir deux films Superman (Superman Returns et Man of Steel), trois films Batman (Batman Begins, The Dark Knight, The Dark Knight Rises) et un film Green Lantern, sans qu’il ne soit jamais fait référence aux autres personnages.

>>> Super-héros : les 31 films prévus jusqu’en 2020

Mais au-delà même de l’attente suscitée par le film et les perspectives qu’il ouvre, Batman v Superman est-il un bon film de super-héros ?

Non, parce qu’on s’y ennuie ferme

C’était déjà visible en grande partie dans les bandes-annonces, c’est confirmé par le film lui-même. Batman v Superman est un film lent, très lent, trop lent. Comme Man of Steel, le film se veut particulièrement contemplatif, en usant et abusant du thème de l’homme contre les dieux. Avec très peu de dialogues, de grosses longueurs et des musiques pour le moins soporifiques, le film réussit à plusieurs reprises à nous assoupir.

En clair, Batman v Superman donne l’impression que le studio Warner n’a rien appris des films de super-héros depuis 10 ans. Comme pour mieux se démarquer de la concurrence des films Marvel, le film se veut particulièrement pompeux avec un trop gros sérieux et des personnages sombres, torturés et taiseux à qui on aurait retiré la parole au profit de mimiques et de capacités martiales. Si Warner avait fait l’erreur d’un humour raté et trop potache avec Green Lantern, le studio a pris cette fois le parti-pris inverse avec un film bien trop grandiloquent, quitte à ennuyer le spectateur. On est bien loin de l’amusement proposé par les films adaptés des licences Marvel comme Les Gardiens de la Galaxie, Iron Man 3 ou même Deadpool.

>>> Deadpool : la Geek Critique

Oui, pour les clins d’œil aux fans

Batman v Superman, c’est donc l’occasion de voir, pour la première fois sur grand écran, trois super-héros faire équipe, et pas des moindres. Pour son film, Zack Snyder a tenu à réunir la « Sainte-Trinité », soit les trois super-héros les plus importants de DC Comics : Batman, Superman et Wonder Woman. Pour les spectateurs, c’est un véritable plaisir de voir les trois personnages combattre côte à côte plutôt que dans des films et des univers séparés.

Le film n’est pas non plus avare en clins d’œil, parfois un peu forcés. Il faut dire qu’il sert également à préparer d’autres films de super-héros situés dans le même univers, dont les deux volets de Justice League. Pour commencer à appâter les spectateurs, on peut ainsi découvrir quelques images mettant en scène Flash, Cyborg ou Aquaman. Des clins d’œil que les fans sauront repérer facilement et qui intrigueront les autres, d’autant que la fin du film ouvre clairement la voie vers la découverte de ces autres super-héros.

Oui, pour la scène d’introduction

La scène d’ouverture du film est sans nul doute la seule raison d’aller voir le film. Elle revient sur le combat final de Man of Steel, entre Superman et le Général Zod, mais perçue par Bruce Wayne. On assiste donc à la tentative du milliardaire de secourir les équipes de son entreprise alors que les deux aliens sont en train de détruire la ville de Metropolis à coup de rayons laser et de coups de poings dévastateurs. Un duel qui a occasionné énormément de victimes civiles et pour lequel Batman compte bien faire payer Superman.

Toute la motivation de Bruce Wayne est contenue dans cette première scène. On y assiste à la mort des victimes de ce duel entre deux êtres quasi divins, sans rien pouvoir faire. La mise en scène, à hauteur d’homme, permet de s’identifier aux victimes civiles de Superman et de comprendre la détresse de Batman. Une détresse et une colère du Chevalier noir qui vont peu à peu être nourries par les manipulations de Lex Luthor qui n’a qu’un objectif, détruire Superman, quitte à utiliser Batman pour arriver à ses fins.

Non, pour le Lex Luthor pas très convaincant

Beaucoup d’acteurs se sont déjà confrontés au personnage de Lex Luthor, tous avec des interprétations différentes du super-méchant. Après Gene Hackman (tétralogie Superman), John Shea (Lois & Clark), Michael Rosenbaum (Smallville) et Kevin Spacey (Superman Returns), c’est désormais à Jesse Eisenberg (Zombieland, The Social Network) de livrer sa version du milliardaire, ennemi juré de l’homme d’acier.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on est circonspect. Le comédien y donne une interprétation sans nuance de Lex Luthor, quelque part entre le milliardaire extraverti et le sociopathe patenté. On ne comprend jamais vraiment pourquoi il cherche à éliminer Superman, qui ne lui a pourtant rien fait de mal. Par ailleurs l’interprétation du comédien ressemble à s’y méprendre à celle qu’il donnait à son personnage de Mark Zuckerberg dans The Social Network. Tant et si bien qu’on a du mal à y voir Lex Luthor, d’autant plus que pendant l’essentiel du film il arbore une chevelure flamboyante, loin du crâne lustré typique du personnage.

Non, parce que le scénario est téléphoné

Le film a beau s’appeler Batman v Superman et s’inspirer notamment de la bande dessinée The Dark Knight Returns, personne n’est dupe. Il était évident avant même d’aller voir le film que les deux super-héros finiraient par s’allier avant de combattre leur véritable ennemi, Lex Luthor. Cette alliance convenue est à l’image de l’intégralité du film qui ne parvient jamais à réellement surprendre les spectateurs. En cause, un trop-plein de bandes annonces qui dévoilaient jusque certaines des dernières scènes du film, mais également des personnages bien trop figés, voire sacrés par les fans, pour que Warner se permette de trop modifier leurs histoires.

Le point d’orgue de cette histoire téléphonée intervient à la toute fin du film, alors que le réalisateur Zack Snyder tente de véritablement créer la surprise. Personne n’y croit, si ce n’est les personnages à l’écran. Sans trop en dire, on découvrira, encore une fois sans étonnement, que ce retournement de situation n’était que de façade et que tout rentrera à la normale dans les prochains volets. Tout ça pour ça…

Batman V Superman : L’Aube de la Justice – Bande Annonce Officielle 4 (VOST)