Amazon veut empêcher Alexa de témoigner dans une nouvelle affaire de meurtre

Victor Collins a trouvé la mort à Bentonville en Arkansas au domicile de son ami James A.Bates. Ce dernier avait alors appelé la police en évoquant un accident, mais les indices laissent penser qu’il s’agissait d’un homicide volontaire. La police a également trouvé un boitier Amazon Echo sur le lieu du crime. Par la suite, elle a obtenu un mandat judiciaire demandant à Amazon de lui livrer le contenu de l’appareil. Aujourd’hui, le géant de la vente en ligne est déterminé à tout faire pour protéger les données.

Le premier amendement comme recours

Amazon aura quand même livré les informations sur la victime et ses historiques d’achats, mais l’entreprise a fermement contesté le mandat pour fournir les enregistrements audio du périphérique. En plus du fait que le propriétaire est mort, ses avocats évoquent le Premier Amendement de la Constitution des États-Unis concernant les requêtes de l’utilisateur et la réponse d’Alexa.

« On a entre-temps déjà observé à plusieurs reprises que le First Amendment protège non seulement le droit à la parole d’un individu, mais aussi ses droits à recevoir des informations et des idées », expliquent-ils dans leur argumentation de 90 pages. Les réponses d’Alexa devraient être considérées comme une « opinion protégée par la Constitution » tout comme les requêtes de l’utilisateur.

> > > Lire aussi  On pourra bientôt téléphoner sur son Amazon Echo ou sa Google Home