La police arrête un meurtrier grâce aux données Fitbit de la victime

La police du Connecticut a réussi à voir un peu plus clair dans l’enquête d’un meurtre grâce au bracelet Fitbit de la victime. C’est en effet en étudiant les données du bracelet connecté que le principal suspect a été arrêté. En décembre 2015, Connie Dabate est morte d’une balle dans la tête alors qu’elle était chez elle. Son mari, Richard qui était également sur les lieux a déclaré aux enquêteurs qu’un homme était entré par effraction chez eux, qu’il s’était emparé d’une arme présente au domicile avant de les agresser tous les deux. 

Toutefois, pour la police, l’histoire de Richard ne colle pas. Plusieurs éléments de l’enquête ne sont pas cohérents et ne coïncident pas avec le témoignage du mari. Connie a été tué après être revenue de son cours de sport et celle-ci avait l’habitude de porter un bracelet Fitbit. Cet élément a eu un rôle très important puisque la police a pu analyser l’activité physique de la victime et confronter les résultats au témoignage de son époux. 

Après un an d’enquête et après avoir récolté les données du bracelet connecté, la police a clairement pu prouver que le témoignage donné par le mari n’étaient pas cohérent, notamment sur les heures de présence de sa femme au domicile et sur ses activités. En effet, le bracelet à pu prouver que Connie marchait au moins une heure après l’agression supposée. Son Fitbit montre également qu’un temps s’est écoulé entre son retour à la maison et son assassinat. Or selon son mari l’assaillant était arrivé en même temps que la victime. C’est ainsi que Richard Dabate s’est retrouvé arrêté et est aujourd’hui le principal suspect du meurtre de sa femme. Son procès aura lieu le 28 avril.

>>> Lire aussi : Amazon veut empêcher Alexa de témoigner dans une nouvelle affaire de meurtre