La sonde Cassini va à nouveau frôler Saturne

La sonde Cassini continue son tour de Saturne, et va frôler la planète pour la deuxième fois au cours des prochaines heures. La semaine dernière, cette sonde avait fait l’actualité en réalisant un plongeon à proximité de la géante gazeuse, en passant entre elle et un de ses anneaux pour réaliser plusieurs mesures et prises de vues. Elle va recommencer cette acrobatie cette semaine, permettant à la NASA de réaliser de nouvelles mesures, et potentiellement de confirmer que l’espace entre Saturne et ses anneaux est étonnamment vide. Lors du premier plongeon, Cassini avait en effet pu obtenir un enregistrement qui, transcrit sous forme de son, montre la quasi-absence de particules dans cet interstice.

Cassini a donc pu se permettre d’enregistrer le silence assourdissant qui règne entre Saturne et son premier anneau. Dans cet espace de près de 2000 kilomètres de large, on trouve en effet une quantité très réduite de particules, et les instruments de mesure tournant à plein régime pendant la traversée n’en ont donc repéré que très peu. En convertissant les mesures en ondes sonores, afin de se rendre compte facilement de la quantité de particules rencontrées, le constat est simple : les « pops » audibles, qui symbolisent pour chacun d’entre eux une particule rencontrant les outils de mesure, sont très rares. En comparaison, une mesure similaire effectuée en 2016 lors du passage entre deux anneaux plus éloignés avait permis d’enregistrer beaucoup plus de particules, produisant un son beaucoup plus fourni.

Cassini a détecté très peu de particules à proximité de Saturne



En 2016, beaucoup plus de particules ont été détectées entre deux anneaux de Saturne


Cette découverte aura donc poussé la NASA à baptiser cet espace entre Saturne et ses anneaux de « Grand Vide », une expression qui prend désormais un sens plus littéral. Ce Grand Vide, la sonde va donc le traverser à nouveau, pour le deuxième des 22 plongeons prévus avant la fin de la mission. Cette fois, la NASA compte notamment recueillir des données sur le champ magnétique de Saturne.