Toyota veut utiliser la blockchain pour le futur de l’automobile

La blockchain est technologie en pleine explosion et à ce titre elle attise la curiosité des constructeurs, y compris dans l’automobile. C’est le cas de Toyota qui a manifesté son intérêt envers la technologie lors de la conférence Consensus 2017 de CoinDesk. La blockchain est une technologie d’informations vers un réseau d’ordinateurs indépendants qui sécurise les transactions et protège les droits d’auteur en même temps. L’idée de Toyota est d’utiliser cette technologie pour la voiture autonome mais aussi pour les transactions dans le cadre du covoiturage ou de l’autopartage. 

Le Toyota Research Institute (TRI) a dévoilé une stratégie en trois volets qui exploite la blockchain dans la chaîne d’approvisionnement automobile. TRI a notamment collaboré avec des spécialistes comme le MIT Media Lab, Commuterz, BigchainDB, Oaken Innovations et Gem. Pour Chris Ballinger, directeur des services de mobilité et directeur financier chez TRI, l’absence d’intermédiaires financiers avec le bitcoin a notamment contribué à le convaincre d’adopter la blockchain. Il affirme également que le progrès de la technologie est freiné par les entreprises qui recherchent surtout une plateforme publicitaire. Au contraire, TRI envisage une large gamme d’applications et un véritable consortium autour de la blockchain.

Le développement des voitures autonomes pourrait ainsi profiter de cette architecture alors que les constructeurs devront traiter et valoriser une large quantité de données. « Les données de conduite de centaines de milliards de miles pourraient être nécessaires pour développer des véhicules autonomes sûrs et fiables », conclut Chris Ballinger.

> > >  Lire aussi Tesla : de nouvelles photos de la Model 3 (et des options)