Samsung développe sa propre batterie au graphène

Les batteries au lithium-ion ont été commercialisées pour la première fois en 1991 et ont depuis été la norme pour nos appareils électroniques. Cependant, celles-ci sont largement dépassées par la technologie, comme le prouvent les nombreuses alternatives recherchées par les fabricants.

Batterie au graphène

Ce qui est justement le cas de Samsung qui affirme avoir réussi à synthétiser des billes de graphène qui, placé au niveau de l’anode et de la cathode, améliorerait le flux des ions par leur extrême conductivité. Selon les explications du SAIT dans un article publié dans Nature, ces billes de graphène ont été fabriquées à partir de particules de dioxydes de silicium ou SiO2 afin de rendre la batterie Lithium-ion plus performante.

La promesse : ces batteries révolutionnaires chargeraient cinq fois plus vite que les batteries lithium-ion ordinaires. En effet, si on sait que les batteries actuelles au lithium-ion prennent une heure pour charger complètement, ce temps de recharge serait réduit à 12 minutes avec cette nouvelle technologie.

>>> Lire aussi Tesla construit la plus grande batterie au monde en moins de 100 jours

En outre, selon le SAIT, l’utilisation de matériaux à base de graphène pour fabriquer des batteries augmenterait leur capacité de 45 %, ce qui assurerait donc une plus grande autonomie de 48 heures environ pour une recharge complète de 15 minutes.

Autre avantage, les batteries qui utilisent les billes de graphène peuvent également maintenir une température de 60 degrés Celsius. Ce qui intéresserait également les constructeurs de voitures électriques selon Samsung.

Évidemment, les recherches sur les capacités du graphène, un matériau hautement conducteur et durable, se poursuivent encore afin que les scientifiques déterminent toutes ses utilisations possibles.

On sait par exemple que l’équipe de recherche coréenne avait utilisé ce matériau pour réaliser un affichage OLED plus tôt cette année, au mois d’avril. Et pour mieux poursuivre les recherches, le SAIT a récemment ouvert un laboratoire au Canada.