Pour la Sécurité Intérieure US, DJI est un espion chinois

Jouissant d’une excellente réputation sur le marché des drones, DJI est dans le collimateur d’États-Unis. Son département de la Sécurité Intérieure pense qu’il n’est en fait qu’un espion chinois.

Si l’on en croit les propos rapportés par le New York Times, le gouvernement chinois ainsi que ses grandes entreprises utiliseraient les données des drones DJI pour repérer les marchés juteux.

La note interceptée par le New York Times et émanant du département de la Sécurité Intérieure étasunien n’y va pas de main morte et sent bon la théorie du complot. On peut y lire que « le gouvernement chinois utilise probablement les informations obtenues par les systèmes DJI pour cibler les actifs qu’il prévoit d’acheter. Par exemple, un grand producteur de vin familial de Californie a acheté un drone DJI pour inspecter ses vignobles et surveiller sa production de raison. Peu de temps après, les entreprises chinoises ont commencé à acheter des vignobles dans la même région. Selon [source anonymisée], il semble que les entreprises aient utilisé les données de DJI à leur profit. »

Le mémo en s’arrête pas là. Il ajoute que DJI fait tout pour encourager les entreprises américaines à acheter et utiliser leurs drones, de manière à étendre sur oeil sur le territoire étasunien.

Bien évidemment, interrogé par le New York Times, DJI a nié en bloc les accusations contenues dans cette note, précisant que « les allégations de ce document sont si profondément erronées que le département de la Sécurité Intérieure devrait envisager de le retirer ou au moins de corriger ses affirmations insupportables. »

>>> Comparatif 2017 : Quel est le meilleur drone ? Comment choisir ?