Macron annonce un projet de loi pour limiter les fake news sur Facebook et Twitter

Emmanuel Macron en juillet 2017 (Crédit : CC BY Kremlin)

Ce mercredi, à l’occasion d’une conférence de presse organisée à l’Élysée, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le dépôt d’un texte de loi visant à combattre les fake news sur Internet.

Depuis un an, la problématique des fake news, ces fausses nouvelles publiées et partagées notamment sur les réseaux sociaux, est entrée au cœur du débat démocratique. Un sujet qui fait notamment suite à l’élection de Donald Trump aux États-Unis et à la campagne supposée du régime russe, via les réseaux sociaux, pour le faire élire. C’est dans ce contexte, et après avoir été lui-même victime de fuite de fausses informations lors de la campagne présidentielle française, qu’Emmanuel Macron a annoncé qu’une loi serait proposée au parlement.

« Nous vivons l’irruption dans le champ médiatique des fausses nouvelles et des médias qui les propagent. […] Des plateformes, des fils Twitter, des sites entiers inventent des rumeurs et des fausses nouvelles qui prennent rang aux côtés des vraies », a constaté le président de la République, qui y voit « une stratégie financée visant à entretenir le doute, à forger des vérités alternatives, à laisser penser que ce que disent les politiques et les médias est toujours plus ou moins mensonger ».  

Afin de lutter contre ces fausses nouvelles, Emmanuel Macron proposera une loi visant à imposer aux réseaux sociaux« des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus », dans le cas de posts sponsorisés sur Facebook ou de tweets publicitaires sur Twitter. Par ailleurs, « en cas de propagation de fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé, permettant, le cas échéant, de faire supprimer le contenu mis en cause, de référencer le site, de supprimer le compte utilisateur voire de bloquer le site internet », a détaillé le président de la République.

Aucun calendrier ni détail supplémentaire n’a pour l’heure été annoncé par le président de la République au sujet de cette mesure.