Selon la Corée du Sud, Pyongyang serait responsable du piratage de Coincheck

Le National Intelligence Service sud-coréen aurait affirmé que des pirates nord-coréens seraient responsables du braquage de Coincheck, la plateforme d’échange de monnaie virtuelle. Bien que les agents sud-coréens n’aient pas soumis de preuve définitive de la culpabilité des pirates nord-coréens dans ce qui est l’un des plus gros braquages l’histoire, encore jeune, des cryptomonnaies, ils l’ont présenté comme une éventualité très sérieuse.

Le mois dernier, Coincheck, l’une des plus grandes bourses d’échange de monnaie virtuelle du Japon, a déclaré qu’on lui avait dérobé l’équivalent de 430 millions d’euros en jetons NEM. La société avait immédiatement annoncé qu’elle allait rembourser les investisseurs qui avaient perdu des fonds dans l’histoire. L’agence de renseignement sud-coréenne fait ainsi remarquer que les cryptomonnaies sont une cible de choix pour les pirates nord-coréens de par l’envergure globale du marché des cryptomonnaies, mais aussi pour leur manque de régulations. La Corée du Nord est souvent accusée de commettre des cyberattaques de grande envergure (WannaCry, par exemple, qui a paralysé les hôpitaux, les banques et d’autres entreprises du monde entier en 2017).

À l’heure où la tension entre la Corée du Nord et la communauté internationale (les États-Unis en particulier) est très vive, cette révélation, si elle se vérifie, risque de pousser les gouvernements à imposer des règles plus drastiques sur le marché des cryptomonnaies.

>> Important : Spectre et Meltdown : tous nos conseils pour mettre à jour vos PC, Mac, Android et iPhone

>> À lire : Quel est le meilleur antivirus gratuit ?

Rendez-vous sur Tom’s Guide pour plus d’informations sur la sécurité et les antivirus