Fichiers pédopornographiques trouvés dans la blockchain : l’heure de la régulation pour le Bitcoin ?

Une équipe de chercheurs de l’université d’Aachen a découvert que le système de registre permanent qui constitue le Bitcoin contient au moins une image à caractère pédopornographique ainsi que de nombreux liens pointant vers de la pornographie enfantine. Selon eux, la très grande majorité des 1600 fichiers analysés n’étaient constitués que de texte ou d’images et seuls huit d’entre eux étaient à caractère sexuel. L’un de ces fichiers a été identifié comme une image pédopornographique et deux autres fichiers contenaient des centaines de liens pointant vers des sites de maltraitance d’enfants, majoritairement sur le Dark Web.

Étant donné que 112 pays interdisent la possession de contenus pédopornographiques, que nombre de ces pays imposent d’autres restrictions interdisant la distribution de ce type de fichier, et que la nature décentralisée même du Blockchain « rend tous les utilisateurs responsables du contenu répréhensible ajouté au Blockchain par d’autres », les scientifiques en concluent que « la simple possession d’un Blockchain peut être illégale ».

C’est une mauvaise nouvelle pour les partisans des monnaies virtuelles et du Blockchain en général. Les utilisateurs de ces technologies acceptent que les chaines de bloc soient les seules sources de vérité pour effectuer des transactions sécurisées, ce qui signifie que si un fichier illégal se glisse dans la chaine, tout le monde le possèdera, et personne ne pourra l’effacer (le principe du Blockchain étant que toutes les transactions sont enregistrées et consultables). Malgré tous les bienfaits que peuvent apporter ces nouvelles technologies, il semblerait que les opposants aux monnaies virtuelles possèdent désormais un argument imparable pour imposer un contrôle plus drastique et sans doute des législations plus dures à travers le monde.

>> À lire : BitCoin : un fléau, selon un Prix Nobel d’Économie