[Sponso] La nouvelle Surface Pro à l’épreuve des tests

Plus légère, plus fine, plus performante, mais également plus autonome, la nouvelle Surface Pro tient ses promesses, comme en témoignent nos tests approfondis. Elle confirme son statut de référence dans l’univers des PC hybrides.

A l’œil inattentif, la nouvelle Surface Pro peut sembler très similaire aux deux précédents modèles (Surface Pro 3 et Surface Pro 4). Pourtant Microsoft a apporté plus de 800 améliorations depuis la version 4. En ce sens, cette nouvelle Surface Pro s’affirme comme la quintessence du concept « 2 en 1 ».

Si la qualité du design saute aux yeux, nous avons voulu en savoir plus en la soumettant au banc de tests. Les résultats techniques confirment tout le bien que l’expérience utilisateur de la Surface Pro au quotidien laisse transparaître.

En découvrir plus sur la Surface Pro sur le site de Microsoft

Un design raffiné

La première impression ressentie, dès que l’on saisit la nouvelle Surface Pro pour la sortir de son emballage, est une sensation de finesse et de légèreté. Fine, la nouvelle Surface Pro l’est sans aucun doute avec ses 8,5 mm d’épaisseur seulement. Sur la balance, la Surface Pro Core i5 que nous avons testée affiche 770 grammes, mais donne la sensation d’être plus légère encore. Une impression procurée par un équilibre parfait de l’ensemble et par une prise en main améliorée grâce à l’arrondi ajouté aux anciennes arêtes. La qualité de fabrication est indéniable et les finitions irréprochables.

Un concept incroyablement polyvalent

La vraie force de la nouvelle Surface Pro réside dans son étonnante convivialité et son indéniable confort d’utilisation quelle que soit la situation dans laquelle se trouve l’utilisateur et la position qu’il adopte. Elle s’utilise aussi bien assis devant un bureau, debout, ou même allongé dans son canapé. Un tour de force obtenu en combinant un pied multiposition et un clavier détachable qui transforment, selon vos besoins du moment, la Surface Pro en PC portable ultra-nomade, en tablette surpuissante, ou en station graphique pour créatifs en recherche de mobilité.

Une fois le clavier retiré, la tablette s’utilise aussi bien à l’horizontal (mode paysage pour regarder des contenus multimédias) qu’à la verticale (mode portrait pour lire des pages Web, des e-magazines, des PDF, etc.). Comme sur les Surface Pro 3 et 4, le pied peut prendre n’importe quel angle pour offrir la position de travail la plus adaptée à la situation. Sa charnière a été repensée pour offrir encore davantage de possibilités et notamment proposer un angle de 165°, que Microsoft désigne par « mode studio » parce qu’il s’avère idéal pour dessiner à l’écran avec le stylet.

De la performance brute

Côté performance, sans surprise, la nouvelle Surface Pro assure. Windows 10 répond avec une parfaite fluidité et la puissance embarquée permet de tirer pleinement profit du multitâche. On jongle ici entre les applications et les onglets du navigateurs Web avec beaucoup d’agilité. Les processeurs Intel Core de 7ème génération associés à une RAM allant de 4 à 16 Go selon les modèles permettent d’utiliser sans souci tous les outils les plus exigeants de l’univers PC comme la suite Adobe Creative Cloud, Office 365, les outils de création 3D d’Autodesk, ou encore Visual Studio. Résultat, la nouvelle Surface Pro se montre plus rapide que la plupart des ultrabooks du marché.

Nous avons testé une Surface Pro dotée d’un processeur Intel Core i5 7300U (dual-core, cadencé à une fréquence mesurée à 2,6 GHz avec un Turbo offrant un boost jusqu’à 3,5 GHz), de 8 Go de RAM et d’un SSD de 256 Go. Cette configuration est sans doute la plus universelle et celle proposant le rapport qualité/prix le plus équilibré. Elle convient à tous les besoins même si les créateurs d’animations 3D et les joueurs lui préféreront le modèle Core i7 7660U aux performances graphiques significativement supérieures.

Le silence est d’or

Les gains des performances s’expliquent également par la qualité du refroidissement évitant ainsi au processeur de passer trop rapidement en mode Throttle (réduction des performances du processeur pour le refroidir). Et cela fait toute la différence sur les jeux. Car même si la Surface Pro avec ses GPU Intel intégrés au processeur n’a pas vocation à devenir une machine de gamers, ses performances suffisent pour se détendre dans d’acceptables conditions sur tous les jeux notamment ceux diffusés via Windows Store.

Mais la plus grosse différence entre notre modèle de test et la version « Pro 4 », c’est le parfait silence de fonctionnement ! Les modèles Core m3 et Core i5 sont effectivement dotés d’un refroidissement passif, autrement dit sans aucun ventilateur ! Résultat, pas le moindre bruit ne vient perturber l’atmosphère studieuse de la bibliothèque dans laquelle vous travaillez, par exemple. 

La version Core i7 continue elle d’être ventilée, mais on notera qu’il faut vraiment pousser le processeur dans ses retranchements pour que cette ventilation devienne audible. Elle ne dépasse cependant jamais les 34,6 dB comme a pu le constater le laboratoire qui a aussi eu ce modèle entre les mains.

Une dissipation thermique maîtrisée

En l’absence de ventilation, il est assez logique de s’inquiéter de l’éventuelle chauffe excessive produite par le Core i5 de notre version de tests. Et là encore, les résultats du laboratoire sont très réconfortants. La nouvelle Surface Pro maîtrise sa température bien mieux que la Surface Pro 4 pourtant ventilée dans sa version Core i5. Les mesures indiquent que, même dans les tâches extrêmes, la température reste toujours dans le domaine du confortable et n’excède pas les 40° à l’endroit le plus chaud. 

Une autonomie grandement améliorée

L’autonomie est l’autre grand axe d’amélioration de cette nouvelle Surface Pro. Le grand écran lumineux et la puissance de ses processeurs auraient pu handicaper la machine en la matière. Il n’en est rien. Avec une autonomie annoncée de 13,5 heures en vidéo continue, la nouvelle Surface Pro se montre 50% plus indépendante des prises électriques que la Surface Pro 4. Le laboratoire confirme cette excellente autonomie qui est bien évidemment très variable selon les tâches à réaliser : elle varie selon nos mesures entre 4 heures (245 minutes d’activités intensives en continu) et plus de 18 heures (1100 minutes écran allumé sans activité réelle).  

Un son de qualité

Certes, la plupart des utilisateurs connectent généralement leur Surface Pro à des casques audios, soit via Bluetooth, soit via le connecteur jack standard. Pourtant, le son produit par les haut-parleurs intégrés se révèle beaucoup plus ample et agréable que sur les précédents modèles. On perçoit même les basses et la reproduction musicale se révèle équilibrée. Dès lors, il est possible d’écouter de la musique directement sur sa Surface Pro dans des conditions tout à fait acceptables. Le résultat est même supérieur à bien des petites enceintes autonomes de voyage ! Et le support natif du Dolby Audio Premium procure une expérience sonore immersive sur vos jeux et films.

Reconnaissance faciale et caméras

Le confort d’utilisation de Surface Pro tient à quelques détails qui font vraiment la différence. Par exemple, le nouveau clavier en Alcantara (disponible dans 3 nouvelles couleurs, bleu cobalt, turquoise et bordeaux) se montre doux et chaud au toucher. Les poignets reposent confortablement sur cette accueillante texture et la frappe se révèle ferme et efficace.

Autre atout confort essentiel au quotidien, l’écran est doté d’un système de reconnaissance faciale qui exploite la reconnaissance biométrique Windows Hello : il suffit de se placer face à sa Surface Pro pour être automatiquement reconnu et authentifié. Fini les mots de passe à rallonge !
Enfin, on signalera la présence de deux capteurs photo de qualité. La caméra arrière offre une résolution de 8 mégapixels avec mise au point automatique et qualité vidéo Full HD. La caméra frontale offre une résolution de 5 mégapixels, se montre très lumineuse et parfaitement calibrée pour des échanges vidéo Skype en qualité HD.

Une écriture réaliste

Profitant des améliorations apportées à la dalle PixelSense, le stylet n’a jamais été aussi précis et réactif. Le tracé suit les mouvements sans latence perceptible. Il se transforme en fonction de la pression (4096 niveaux de pression) et de l’inclinaison, faisant varier l’épaisseur et l’ombrage pour un effet calligraphique incroyablement réaliste. Evidemment, la dalle réagit aussi aux gestuelles tactiles et supporte jusqu’à 10 points de pressions.

Un écran éclatant

Mais c’est surtout l’intensité de l’image qui impressionne. L’intensité (supérieure à 1135:1) assure des noirs très profonds. Avec une couverture Gammut mesurée à 103%, une remarquable luminosité de 454 nits très uniforme, une valeur gamma proche de la perfection (mesurée à 2,20) et de bonnes mesures DeltaE94, l’image générée s’avère d’une précision colorimétrique rare pour un appareil dans cette gamme de prix. Au-delà de ces mesures techniques, l’œil humain est indubitablement séduit par l’intensité et la précision de l’image ainsi que par son rendu très naturel.

On rappellera que la nouvelle Surface Pro conserve une dalle 12,3 pouces au format 3:2 qui a fait ses preuves. Servi par une résolution de 2736×1824 pixels, ce format procure un bel espace de travail que vous deviez retoucher des photos, mixer des vidéos, travailler sur un gros tableau Excel, développer une application ou simplement écrire un texte Word tout en gardant une page Web ouverte en parallèle.

Un équipement standard

Côté ouverture au monde extérieur, la nouvelle Surface Pro propose en standard un Wi-Fi « AC » de dernière génération, une connexion Bluetooth 4.1, un port USB 3.0 au format standard, une sortie mini DisplayPort et un lecteur de cartes microSDXC. Pour davantage de ports, notamment si l’on veut utiliser Surface Pro comme machine de bureau, on se laissera tenter par la station d’accueil sur laquelle vous pouvez aisément connecter deux moniteurs externes, des enceintes externes, une connexion réseau filaire Ethernet gigabit, un clavier, une souris, une imprimante, et bien plus encore grâce à ses 4 ports USB 3.0.

Au final, la nouvelle Surface Pro démontre toute la maturité acquise par Microsoft en matière de PC hybrides et à quel point le constructeur maîtrise son sujet. Voilà un appareil ultra nomade et versatile, à la fois ordinateur, tablette et studio mobile, qui combine puissance et autonomie dans un format léger, maniable et convivial. Jamais un appareil ne s’est montré aussi polyvalent. Que l’on soit étudiant, vidéaste, infographiste, développeur, travailleur nomade, créatif ou productif, Surface Pro répond à tous les usages avancés avec une dextérité et une disponibilité sans pareil.