Finalement les États-Unis ne vont peut-être pas sanctionner ZTE

Les États-Unis, par l’intermédiaire d’un tweet de leur président, ont annoncé leur intention de revenir sur les sanctions imposées au constructeur chinois de smartphone, ZTE. Une décision étonnante, mais économiquement très justifiée.

Le mois dernier, ZTE avait été lourdement condamné par le Département du commerce des États-Unis. La compagnie n’avait plus le droit de s’approvisionner auprès des entreprises américaines, que ce soit en composants matériels (chez Qualcomm pour les processeurs, par exemple) ou en logiciels (Android, un OS pourtant open source). Cette décision avait simplement poussé le constructeur à cesser ses activités d’exploitation, une décision lourde de conséquences pour ses employés et ses milliers de sous-traitants locaux et internationaux.

Dans un retournement de situation surprenant, après avoir pourtant éreinté ZTE pendant des semaines, le président Trump a déclaré sur Twitter ce dimanche qu’il travaillait de concert avec le président chinois Xi Jinping en vue de remettre le fabricant chinois en activité. À ses partisans, qui pourraient l’accuser de céder aux exigences chinoises, le leader américain déclare quelques heures plus tard (toujours sur Twitter) : « la Chine et les États-Unis travaillent bien ensemble sur le commerce, mais les négociations passées étaient si favorables à la Chine, pendant tant d’années, qu’il est difficile pour eux de conclure un accord qui profite aux deux pays. […] Mais restez cool, ça va aller ».

En plus des sanctions commerciales prises à l’encontre de ZTE, les législateurs américains avaient aussi placé ZTE et d’autres grandes entreprises chinoises de télécommunications dans leur collimateur en raison de leurs liens supposés avec les services de renseignement et l’armée chinois. Tout semble donc rentrer dans l’ordre pour les constructeurs chinois.

>>> Le constructeur chinois ZTE puni par les Etats-Unis et privé d’Android
>>> Guide d’achat : Comment choisir son smartphone en 2018 ?