Le Kenya fait machine arrière : plus besoin de permis pour poster des vidéos sur Youtube

Après le tollé provoqué par sa proposition de loi, la KFCB a fait machine arrière. Les vidéos publiées sur les réseaux sociaux ne seront pas soumises à un permis.

Plusieurs voix indignées se sont élevées après que la KFCB ait dévoilé la teneur de sa proposition. L’organisme d’Etat en charge de la classification des films, notamment, prévoyait que « toute personne qui diffuse des vidéos pour un large public (y compris sur les médias sociaux et Internet) doit avoir une licence de tournage« . Elle expliquait sa position en affirmant que de nombreux cinéastes travaillaient sans autorisation.

Même les smartphones sont concernés

Ezekiel Mutua, le PDG de la KFCB, a d’abord souligné que la réglementation s’appliquerait à toutes les vidéos, y compris celles enregistrées à l’aide d’un téléphone portable, à condition qu’elles soient destinées à une exposition publique, c’est-à-dire une publication en ligne et sur les plateformes sociales telles que Youtube ou Dailymotion. Bien entendu, ceux qui ne respecteraient pas cette loi pouvaient encourir une peine d’emprisonnement de 5 ans et une amende qui pouvait atteindre 1000 dollars.

Après le tollé suscité par ce projet, M. Mutua a apporté quelques précisions. Cette nouvelle réglementation concernera uniquement les productions internationales. Lors d’une interview accordée à BBC Afrique, il a indiqué qu’aucune licence ne sera requise pour poster une vidéo sur les réseaux sociaux. Par contre, il a insisté sur le fait que la KFBC surveillera les contenus afin de débusquer ceux relatifs à la pornographie et la maltraitance infantile.

>>> Macron annonce un projet de loi pour limiter les fake news sur Facebook et Twitter