Microsoft plonge son data center dans la mer

Microsoft entame la deuxième phase de son projet Natick. L’entreprise a placé un data center de 12 mètres sur le fond marin au large de la côte écossaise.

Construit par Naval Group, une entreprise française spécialisée dans les systèmes navals de défense, ce data center comporte 12 racks contenant 864 serveurs avec un système de refroidissement utilisent l’eau de mer. Il repose à 35,6 mètres de profondeur, sur une dalle rocheuse du fond marin. Un câble le relie au réseau électrique des îles Orcades qui fournit une énergie entièrement renouvelable à environ 10 000 résidents. Le mini-centre de données a besoin d’un quart de mégawatt pour son fonctionnement.

Data center sous-marin : rapide et économique

Le projet Natick vise à rapprocher les serveurs Cloud des clients. Sachant que la moitié de la population mondiale vit à moins de 200 km des côtes, un data center offshore serait efficace pour réduire la latence, notamment pour les applications relatives à l’Intelligence artificielle et les jeux. Microsoft a déjà mené une expérience similaire en 2016, au large des côtes californiennes.

Outre la rapidité de réponse, ce centre de données sous-marin fonctionnera sans maintenance pendant une période de 5 ans. Il offre également un avantage important, le temps de déploiement passe de deux ans à 90 jours. Cette différence s’explique par le fait que le centre est préalablement construit. Grâce à cette économie de temps, Microsoft améliorera sa réactivité, elle peut répondre rapidement à la croissance de la demande.

>>  Kaspersky va miser sur un data center suisse pour prouver son indépendance

Microsoft plonge son data center dans la mer