Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’addiction au jeu vidéo est une maladie mentale

L’Organisation mondiale de la santé a officiellement classé l’addiction aux jeux vidéos parmi les problèmes de santé mentale. La maladie est plus répandue qu’on ne l’imagine.

Les patients atteints de cette maladie mentale auraient du mal à contrôler leur envie de jouer, c’est-à-dire que, quel que soit l’endroit ou le moment, ils sont incapables de maîtriser la fréquence, l’intensité, ou encore la durée de leurs sessions de jeu. De même, le désintérêt pour les autres activités (quotidiennes ou de loisirs), malgré toutes les conséquences négatives que ce comportement engendre, est aussi le symptôme d’une addiction au jeu.

Il est désormais reconnu que s’adonner de manière excessive au « gaming » entraîne un isolement personnel, familial, social et dans tous les domaines du développement de l’individu. Selon l’article publié par l’OMS, « l’addiction au jeu et ses effets sont normalement visibles après une observation de 12 mois […], mais cette période peut être réduite si tous les symptômes de maladie sont évidents et sévères ». Nul ne sait encore quel sera l’impact de cette annonce sur l’industrie du jeu vidéo et auprès des législateurs, mais il risque d’être profond.

>> À lire : Créer une cornée imprimée en 3D : une équipe de scientifiques est en train de relever le défi
>> Plus : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?