La NSA aurait effacé plusieurs centaines de millions d’enregistrements illégaux

La NSA (National Security Agency) a déclaré sur son site avoir effacé des centaines de millions de détails d’appels récoltés depuis 2015. L’enregistrement et l’exploitation de ces données seraient en effet illégaux en vertu du Freedom Act de 2015.

La National Security Agency, responsable du renseignement d’origine électromagnétique et de la sécurité des systèmes d’information et de traitement des données du gouvernement américain, a déclaré sur son site avoir effacé des centaines de millions de détails d’appels récoltés depuis 2015. La décision aurait été prise suite à la découverte d’irrégularités qui auraient rendu illégaux l’enregistrement et l’utilisation de ces informations.

Ainsi, de nombreuses informations fournies par les compagnies téléphoniques n’entraient pas dans le cadre d’application du Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA). En d’autres termes, leur exploitation par l’organisme gouvernemental est illégale. Les données récoltées comprenaient par exemple les données d’appels (mais pas les enregistrements audio) et les textos de nombreuses personnes n’étant même pas sur la liste de surveillance de l’agence. La NSA affirme avoir commencé à détruire tous ces enregistrements dès fin mai.

Selon les analystes de l’agence, il était impossible de « nettoyer » autant de données pour n’en extraire que les informations légalement accessibles. C’est la raison pour laquelle la seule solution était de toutes les effacer. Glenn S. Gerstell, avocat général de la NSA a déclaré à The New York Times que le problème avait été résolu entre les entreprises de télécommunications et l’agence. Depuis le Patriot Act de 2001, au prétexte de contrer toute menace terroriste, la NSA récoltait toujours plus d’informations sur ses concitoyens. La destruction de ces centaines de millions d’informations résulte de l’action du lanceur d’alerte Edward Snowden, qui a pointé les dérives de l’agence, et a précipité l’adoption du Freedom Act en 2015, qui limitait les pouvoirs de la NSA.

>> À lire : Des hackers russes ont piraté la NSA grâce à un antivirus
>> Plus : P2P, Torrent : souriez, la NSA vous surveille