Wikipédia ferme un à un ses sites européens

Coup de tonnerre du côté de Wikipédia depuis deux jours : la gigantesque encyclopédie en ligne ferme une à une ses différentes versions européennes. En cause : une directive européenne sur le droit d’auteur, qui restreindrait considérablement le contenu actuellement disponible librement sur la célèbre plateforme.

L’Espagne et l’Italie ferment le site

Après Wikipédia en espagnol, en italien ou encore en estonien, c’est au tour des versions polonaises et catalognes de mettre pavillon bas. Dans ces langues, le contenu du site est devenu totalement inaccessible. A la place des articles, un message protestant contre une directive européenne devant être promulguée aujourd’hui s’affiche :

Chère lectrice, cher lecteur,

le 5 juillet 2018, le Parlement européen décidera s’il convient d’accélérer l’adoption de la directive sur le droit d’auteur. Si cette directive est promulguée, elle limitera considérablement la liberté d’Internet. Plutôt que de mettre à jour les lois sur le droit d’auteur en Europe et de promouvoir ainsi la participation de tous dans la société de l’information, cette directive menace la liberté des internautes et instaure des barrières à l’accès au Net en imposant de nouveaux obstacles, de nouveaux filtres et des restrictions. Si la proposition est approuvée, il sera peut-être impossible de partager un article de journal sur les réseaux sociaux ou de le trouver sur un moteur de recherche. Wikipedia elle-même risquerait de fermer.

La proposition a déjà rencontré la forte désapprobation de plus de 70 informaticiens de renom, dont le créateur du Web, Tim Berners-Lee [1], de 169 professeurs universitaires [2], de 145 organismes opérant dans les domaines des droits de l’homme, de la liberté de la presse, de la recherche scientifique et de l’industrie informatique [3] et enfin, de la Wikimedia Foundation [4].

Pour ces raisons, la communauté de la Wikipedia italienne a décidé de masquer toutes les pages de l’encyclopédie. Nous voulons continuer à offrir une encyclopédie libre, ouverte et collaborative avec des contenus vérifiables. Nous demandons donc à tous les membres du Parlement européen de rejeter le texte actuel de la directive et de ouvrir à nouveau la discussion, en tenant compte des nombreuses propositions des chapitres Wikimedia, à partir de l’abolition des articles 11 et 13, à l’extension de la liberté de panorama à l’ensemble des pays de l’UE et à la protection des œuvres dans le domaine public.

https://meta.wikimedia.org/wiki/SaveYourInternet

La communauté italienne de Wikipedia

C’est quoi cette directive ?

Impossible donc pour les internautes d’accéder au moindre article. Du côté des versions allemandes, anglaises et françaises, Wikipédia reste consultable : un bandeau se présente en haut de chaque article du site anglais, mais le contenu reste accessible. La France n’a visiblement pas encore suivi le mouvement, mais rien ne dit que la version francophone du site ne connaîtra pas les mêmes aléas dans la journée en signe de protestation.
La réforme sur le droit d’auteur que souhaite voter l’Union européenne concerne entre autres la possibilité d’ajouter des extraits de presse à un article. Concrètement, une fois la loi adoptée, lorsqu’un contributeur de Wikipédia souhaitera intégrer un article de presse à une page Wikipédia en guise de source, il devra systématiquement demander la permission à l’éditeur. Un travail totalement irréalisable quand on considère l’impressionnante base de données que constitue Wikipédia (à titre d’exemple, le site compte près de 2 millions d’articles en français à l’heure actuelle). Si une telle loi était promulguée, on imagine mal Wikipédia continuer sur sa lancée, le site exigeant systématiquement que tous ses articles soient étayés d’une ou plusieurs sources.
La réforme du droit d’auteur a déjà été soumise auprès d’une commission le 20 juin dernier. Un vote en séance plénière doit désormais avoir lieu aujourd’hui. Wikipédia parviendra-t-il a faire plier le Parlement européen à la dernière minute ? Les heures sont comptées…

YouTube et Wikipédia luttent ensemble contre le conspirationnisme