Google menace de rendre Android payant suite à l’amende infligée par l’UE

L’Union européenne a infligé une amende de 4,34 milliards € à Google pour abus de position dominante avec Android. La compagnie a décidé de faire appel de cette condamnation en arguant qu’« Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins ».

Le géant de la recherche affirme que si de telles sanctions lui étaient effectivement infligées, c’est l’avenir même d’Android, en tant qu’OS ouvert et gratuit, qui serait remis en question. Dans un article posté sur le blog de Google, Sundar Pichai, le PDG de la compagnie, explique pourquoi il faut préserver le modèle économique d’Android et fait un état des lieux du système d’exploitation mobile le plus utilisé dans le monde. L’écosystème Android, c’est 1300 marques commercialisant leurs gadgets sous Android, 24 000 appareils différents s’adressant à toutes les catégories de clients, et plus d’un million d’applications dans le Play Store.

En défense de sa politique de préinstallation d’applications Google, Mr Pichai rappelle aussi qu’un smartphone Android neuf typique est généralement livré avec 40 apps en provenance de différents développeurs. L’utilisateur typique actuel installe 50 applications en moyenne. Et il est désormais assez aguerri pour désinstaller les logiciels préinstallés. À en croire le PDG, l’implémentation obligatoire des applications Google est un prérequis à la gratuité d’Android. « Jusqu`à présent, le business model d’Android nous permettait de ne pas facturer notre technologie aux fabricants de smartphones […] Nous craignons que la décision de l’UE ne brise le fragile équilibre que nous avons atteint avec Android ». À mots couverts, Google menace donc de rendre Android payant. Une hypothèse que les experts estiment improbable, tant la suite d’applications de Google est omniprésente et facile d’accès, mais le message reste cependant très clair et donne à réfléchir : de la bonne santé financière de Google dépend l’avenir d’Android et des milliers d’entreprises qui prospèrent autour de cet écosystème.

>> À lire : Android : les meilleures applications gratuites