Nintendo : un jeu pirate et votre 3DS peut être bannie

Nintendo a déployé cette semaine sur l’ensemble de ses 3DS ce qu’il considère comme une mise à jour de stabilité.

Alors que cette information n’a que peu d’intérêt en apparence, SciresM, hacker spécialiste de Nintendo, a découvert que Big N a en fait ajouté la technologie antipiratage de la Switch au système d’exploitation de sa console portable.

Découvert en juin dernier et tout d’abord poussé sur la Switch, cette contre-mesure permet à Nintendo de détecter les jeux piratés lancés sur les Switch et désormais sur les 3DS. Celle-ci fonctionne de la même manière que la Switch que sur la 3DS. Lorsque l’utilisateur essaye de se connecter en ligne avec un jeu, la console vérifie si celui-ci peut obtenir l’autorisation de Nintendo. Si elle est accordée, la console obtient alors une certification pour le jeu en cours de lecture. En revanche, et à l’instar de la Xbox 360 en son temps, si une version illégale est interceptée, Nintendo bloque immédiatement le compte associé et banni l’appareil de son écosystème

En pratique, l’utilisateur ne peut plus accéder à ses contenus en ligne et ne peut plus utiliser sa console qu’en mode débranché (offline). Finis l’e-shop et le multijoueur.

Cette nouvelle tombe alors que la scène underground est florissante autour des consoles Nintendo. Des failles permettant de faire fonctionner du code pirate et des homebrew ont récemment été trouvées. La Team-Xecutor est ainsi parvenu à développé un noyau pour la Switch qui utilise une faille de la Switch impossible à colmater puisque matérielle. 

Une avancée qui laissait de bons espoirs aux bidouilleurs, stoppés nets par l’arrivée de la solution antipiratage de Nintendo.

Nintendo New 3DS XL SNES

199,99€ > Micromania