Cette Audi e-tron se recharge à l’énergie cinétique

L’Audi e-tron utilise deux systèmes de freinage : électronique et classique. Le premier s’active quand le conducteur appuie simplement sur la pédale, son action déclenche la récupération de l’énergie cinétique afin de le transformer en énergie électrique. En revanche, s’il exerce plus de force, la voiture comprendra qu’il essaie de s’arrêter et activera le système de freinage hydraulique standard. Le passage entre ces deux états reste imperceptible, les journalistes qui ont participé à la démonstration n’ont pas remarqué un changement brusque.

Audi optimise la récupération d’énergie

Comme toutes les autres voitures électriques à batterie, l’e-tron récupère aussi de l’énergie pendant qu’il roule. Le système se met en marche dès que le chauffeur lève le pied de l’accélérateur. Il peut aussi contribuer à la récupération en basculant entre la vitesse 1 et 2. Par ailleurs, grâce à plusieurs capteurs, le véhicule ajuste automatiquement les actions de la roue libre.

Selon les précisions fournies par le fabricant, la combinaison du freinage électronique et de la roue libre génère de l’énergie durant la majorité des décélérations. Une petite application connectée au système de récupération interne a montré en temps réel quand la voiture dépense ou récupère de l’énergie.  

Une fois arrivés au bas de la montagne, les chiffres ont indiqué que le véhicule a généré 11 kWh. Le constructeur souligne dans un communiqué de presse que son système peut récupérer jusqu’à 220 kW si le conducteur appuie sur les freins alors qu’il roule à plus de 95 km/h.

>>> La voiture électrique de Volkswagen explose les records à Pikes Peak