Bethesda fait la guerre aux jeux d’occasion

Ryan Hupp habite à Philadelphie. Quand il a mis un exemplaire du jeu The Evil Within 2 sur Amazon Marketplace, il a reçu une lettre envoyée par Vorys, le cabinet d’avocats de Bethesda. Menacé de poursuites judiciaires, il a préféré retirer l’article. Ryan Hupp a fourni plus de détails à nos confrères de Polygon. Selon lui, il n’a jamais déballé le jeu. Par ailleurs, il vend souvent des articles d’occasion sur Amazon Marketplace. Vorys, le cabinet d’avocat, a exigé le retrait du produit, il a aussi brandi la menace de poursuites judiciaires. Ils ont insisté sur le fait que Hupp n’est pas « un revendeur officiel », il mène alors une activité illégale. De plus, pour eux, la mention du mot « neuf » constitue une publicité mensongère.

Hupp a obtempéré, mais il a répondu à la lettre de Vorys en argumentant que la revente de produits protégés par le droit d’auteur est couverte aux États-Unis par la First Sale Doctrine. Cette loi permet aux consommateurs de vendre un jeu, à condition qu’il ne soit pas modifié de manière significative par rapport à sa forme originale.

Hupp a donc été ciblé car il a insisté sur l’état neuf et le caractère scellé du produit. Plusieurs articles d’occasion sont encore proposés sur la plateforme. Lorsqu’elle a été contactée par Polygon, Bethesda a souligné qu’elle « ne bloque pas et ne bloquera pas la vente de jeux d’occasions. » Elle a mené cette action, car le vendeur a qualifié son produit de « neuf », seuls les vendeurs agréés peuvent utiliser cette dénomination. La compagnie précise que si le vendeur avait mentionné qu’il vendait un jeu usagé, cela ne lui aurait posé aucun problème.  

Hupp accepte les arguments avancés par Bethesda. Toutefois, il estime que « menacer les clients de poursuites judiciaires pour avoir revendu leur jeu est un abus de pouvoir« .

>>> Google et le jeu vidéo en streaming : ça se précise