Aller sur Mars c’est bien sympa, mais ça file le cancer

Une expérience réalisée sur des souris souligne les dangers d’un long voyage spatial. Une forte exposition aux ions lourds détruit les cellules digestives. C’est le voyage vers Mars qui est remis en cause. Des chercheurs du Georgetown University Medical Center  (Washington, États-Unis) ont étudié comment les rayonnements ionisants peuvent affecter le tractus gastro-intestinal des astronautes. Une longue exposition perturbe la régénération des cellules, cette situation favorise l’apparition des tumeurs. Des expériences réalisées sur des souris confirment leurs études.

Les scientifiques de la NASA ont soumis des souris à de faibles doses de rayonnement ionique lourd ou de rayons gamma. Les cobayes ont été euthanasiés et évalués après une semaine, deux mois ou une année. Les chercheurs ont également comparé les informations avec celles d’individus n’ayant pas subi les rayonnements.

Les ions lourds provoquent des lésions irréversibles

Les rayons gamma ne produisaient que des effets légers et modestes sur les cellules de l’intestin grêle, elles ont pu se rétablir à la normale en 60 jours. Cependant, l’irradiation par ions lourds a provoqué plusieurs changements notamment une diminution de la migration, une augmentation de la prolifération et une lésion grave de l’ADN, elle a persisté, même un an après l’exposition. Un deuxième sous-groupe de souris, euthanasiées 150 jours après l’exposition présentaient les mêmes symptômes.

Les protections ne sont pas encore efficaces

Selon les précisions fournies par Kamal Datta, un des auteurs de l’étude, l’exposition est limitée lors des voyages de courtes durées, comme celui menant vers la lune. En revanche, les risques augmentent à mesure que le séjour se prolonge. Par ailleurs, les systèmes de bouclier actuels ne réussiront pas à protéger les astronautes. Bien entendu, les médicaments constituent une solution, mais ils ne sont pas encore au point.

>>> Les voyages sur Mars seraient moins dangereux que prévu