Palm lance un smartphone pour déconnecter

Disparu des écrans radars depuis 2010, Palm renaît aujourd’hui de ses cendres et lance un nouveau smartphone assez singulier.

En 2018, Palm appartient au chinois TCL, la même marque qui continue d’exploiter Alcatel ou BlackBerry. Palm entre dans la même catégorie d’anciennes gloires remises au goût du jour. Son PVG100 lancé ici est un premier essai.

Volontairement épuré, le Palm Phone est aussi très petit, arborant une dalle de 3,3 pouces. Une gageure à l’époque où tous les smartphones mesurent plus ou moins 5 pouces. 

>>> Guide d’achat Smartphones : Comment choisir son portable en 2018 ?

Exclusivement lancé aux États-Unis, il n’y est disponible que via l’opérateur Verizon au prix de 349 dollars. Son objectif n’est pas de se placer en frontal face aux ténors du secteur, mais plutôt de proposer un accessoire de transition pour qui veut décrocher de son smartphone ultra évolué.

Pour partir en week-end à la campagne, réviser sans tentations ou se couper plus ou moins des mondes virtuels, le Palm Phone dispose même d’un mode spécifique intitulé « Life Mode ». Il déconnecte automatiquement tous les réseaux et connexions (4G, Wi-Fi, Bluetooth) jusqu’à ce que l’écran soit allumé volontairement. Ce n’est qu’à ce moment choisi que l’utilisateur peut recevoir appels, messages, mails ou notifications. En clair, si vous n’y touchez pas, il ne vous dérangera pas.

Très compact (80 x 97 x 7,4 millimètres) pour 62,5 grammes, il se glisse n’importe où. Son petit écran affiche une définition de 1280 x 720 pixels, en phase avec sa diagonale. Fonctionnant sous Android 8.1, il est animé par un Snapdragon 435 et 3 Go de mémoire vive. 32 Go d’espace de stockage lui sont alloués. Une surcouche logicielle a été appliquée. Elle semble distribuer une vision très simple du système de Google, toujours dans l’objectif d’aller à l’essentiel pour plus rapidement éteindre l’écran.

Limité, il n’est pas dépourvu de fonction photo. Un capteur de 8 mégapixels vient se loger à l’arrière alors que la face avant accueille un capteur de 2 mégapixels. Ce dernier devrait servir également à la reconnaissance faciale, seule sécurité avec le code classique, le PVG100 n’embarquant pas de capteur d’empreinte. D’ailleurs, il n’affiche qu’un bouton physique, le bouton d’allumage situé sur le côté droit.

Une touche tactile vient le compléter. En bas de l’écran, elle dessert les trois fonctions d’Android en suivant des pressions différentes : une pour le retour arrière, deux pour le menu Home et trois pour le multitâche. Un appui long déclenche Google Assistant.