[Test] Monster : que vaut la trottinette la plus rapide d’E-Twow ?

Sage en mode normal, la Monster est endiablée lorsqu’elle passe ne mode sport. 40 km/h en vitesse de pointe, de quoi se placer en pole position au feu rouge.

8/10

E-Tow Booster Monster

1450€ > E-Twow
On aime
  • La vitesse de pointe
  • L'autonomie
  • La tenue de route et le freinage après installation des options
On n’aime pas
  • Le freinage un peu long
  • La tenue de route pas terrible sur sol humide
  • L'absence de béquille
  • Pas assez d'évolutions (mais de grandes à venir en 2019)

Le marché des trottinettes électriques est en plein boom. Avec les gyroroues, les overboard et les vélos électriques, la patinette fait partie des nouveaux moyens de mobilité urbaine. Et si le créneau rassemble un nombre impressionnant de constructeurs, seule une poignée parvient à conserver une ligne de conception de haut niveau. 

C’est le cas d’E-Twow, une marque chinoise implantée en France depuis quelques années à peine. Leur dernier forfait : la Monster. Version sportive de la Booster, elle offre des performances jusqu’alors jamais atteintes sur une trottinette E-Twow.

Mais la puissance ne fait pas tout. Reprenant la plateforme classique du constructeur chinois, a-t-elle aussi su corriger ou améliorer les points qui étaient reprochés à ses aînés ?

>>> À lire sur nexxdrive : Comment bien choisir une trottinette électrique ?

N.B. : la Monster est une Booster mise à niveau avec un kit sport et son constructeur précise que « toutes les E-Twow devront passer par notre atelier pour bénéficier de l’upgrade sport ». Le montage est de 370 € chez E-Twow France. La livraison est comprise, mais les frais de port d’envoi sont à la charge de l’acheteur. L’opération est effectuée en 48 heures maximum.
E-Twow ne monte pas son kit sport sans garanties de la part du consommateur. Une charte a été mise en place pour en faire l’acquisition, dont voici les conditions : 
  1. Avoir 18 ans ou plus.
  2. Avoir à minima une e-twow booster plus mise à niveau 2018, ou mieux : une booster V pour obtenir le meilleur de l’upgrade sport.
  3. Signer le nouveau manuel utilisateur qui sera fourni avec.
  4. Ne pas peser plus de 90kg, par mesure de précaution.
  5. Il est essentiel pour les utilisateurs de ce kit de respecter les règles de bonne conduite et les règles du nouveau manuel utilisateur, notamment de porter un casque et des gants et d’adapter sa conduite suivant les environnements afin de ne pas se retrouver au centre de polémiques sur l’usage de ce type de trottinette. 
  6. RESPECTER LES AUTRES, C’EST ANTICIPER VOTRE CONDUITE.
  7. Apprendre à utiliser le frein de secours arrière, sinon ajouter un kit de frein tambour arrière.
  8. Optimiser sa position de conduite (mettre les pieds en épis) afin de réduire les transferts de masse du corps qui exercent de fortes pressions sur la potence de direction lors des accélérations et freinage, et engendrent des déséquilibres de conduite liés à ces transferts de masse.

Compacte, mais lourde et toujours sans béquille

Oui parce qu’elle offre des performances de premier ordre

E-Twow nous a présenté la Monster en indiquant que c’était la plus rapide de leurs trottinettes. Après une Booster S+ performante et une Booster V plus axée sur l’endurance, le constructeur chinois a voulu allier ces deux mondes en les rassemblant dans un seul et même châssis. 

Le résultat est en rapport avec la théorie, voire la dépasse. Donnée pour 45 km/h, la Monster est parvenue à grimper jusqu’à 48 km/h à pleine charge avec un individu de 75 kg à son bord, et ce, sur terrain plat. Il faut néanmoins modérer le propos, E-Twow nous ayant précisé a posteriori que le compteur n’était pas précis. Aussi, la vitesse maximale réelle est de 40 km/h.

>>> [Test] Booster S : que vaut la trottinette débridée d’E-Twow ?

Vitesse maximale avec roue levé (et donc sans frottement)Mais même là, nous n’avions testé trottinette aussi véloce. Et elle file tellement vite qu’on en vient à ne plus emprunter les pistes cyclables, forcé de passer sur la chaussée et se fondre dans le trafic  urbain parmi les scooters. On regrette juste que la Monster ne démarre pas plus franchement afin d’offrir une accélération optimale dans le flot de véhicules.

À noter qu’E-Twow n’a pas remis le limiteur automatique que nous avions décrié lors du test de la Booster S2 Plus, l’an dernier. Cela signifie qu’en descente, la Monster peut aller beaucoup plus vite que sa vitesse maximale, en roue libre.

Le point légal :

Le droit français n’a pas encore légiféré  sur les nouveaux moyens de locomotion électrique. Le projet de loi d’orientation des mobilités ne sera présenté que fin octobre. En attendant, les trottinettes électriques, tout comme les gyroroues, évoluent sous les radars et ne sont donc soumises à aucune règle. 

La limitation légale devrait être de 30 km/h. En ce sens, la Monster peut-être limitée à cette vitesse via un menu caché accessible en pressant la manette de frein à l’allumage. Reste à voir si elle pourra encore être commercialisée en l’état une fois la loi mise en application. 

>>> Accidents, la trottinette électrique injustement dans le viseur

Oui parce qu’elle va vite et loin

Comme à notre habitude, nous avons éprouvé l’autonomie de la Monster sur notre trajet de test habituel. Pour ce test, nous avons activé le mode débridé de la Monster (mode L5), mais pas son aide au démarrage qui économise l’autonomie.

Le parcours relie Suresnes (92) à Versailles (78). Longue de 12,2 km (14,4 km en réel lors du test), cette route est majoritairement composée de belles montées. Elle mêle aussi de manière intéressante chaussée, trottoirs, travaux et chemins de terre.

Comme avec la Booster S, nous n’avons jamais eu besoin de poser le pied à terre, ou si uniquement sur des graviers, la trottinette y patinant allègrement. Côté capacité, la Monster embarque une batterie de 10,4 Ah, soit très proche des 10,5 Ah de la Booster V, la plus endurante de la gamme. Bien évidemment la puissance développée par le moteur sport de la Monster réduit un peu l’autonomie, mais on a été agréablement surpris d’atteindre l’arrivée de notre trajet test avec encore 50 % d’autonomie disponible. Une donnée qui a subitement baissée à 40 % lorsque nous avons repris la trottinette le lendemain.

En théorie, E-Twow donne sa trottinette pour une autonomie de 25 à 35 km selon le réglage de la vitesse. Force est de constater qu’elles concordent assez avec le test pratique (50 % après 14,4 km). En extrapolant, on devrait avoisiner les 25 km en mode L5, le plus sportif.

14,4 km et toujours 50 %

Non parce que sans options, elle n’est pas adaptée à sa vitesse de pointe 

40 km/h, c’est très rapide pour une trottinette de ce gabarit. Le modèle que nous avons testé est identique aux autres Booster, bien moins véloces. 

Le dispositif de freinage n’a ainsi pas été modifié. On a un frein électronique et une pédale pour presser plus fortement la roue arrière. L’ensemble freine bien, mais plus longuement lorsque la Monster est lancée à pleine vitesse. À ce titre, il faut être extrêmement vigilant et anticiper encore plus qu’avec une autre trottinette (30 à 0 km/h sur 11m pour un conducteur de 95kg). 

Ancienne roue arrière et nouvelle, plus largeAutre point de sécurité qui nous a paru léger, elle n’accroche pas suffisamment le bitume en toute circonstance. Ainsi, sur route humide, en tournant et freinant au passage d’un piéton, les roues se sont dérobées, nous laissant tomber au sol. À faible vitesse, peu de dégâts, mais mieux vaut porter des protections. 

Heureusement, ces deux griefs ne sont pas irrémédiables. E-Twow nous a ainsi indiqué que, concernant le freinage, un kit de frein à tambour était disponible en option (100 €), de quoi diminuer la distance d’arrêt. Même réponse positive pour la tenue de route. Actuellement, la roue arrière est plus fine que l’avant. Une roue de la même dimension est aussi disponible en option contre 59 €. Nous avons testé cette configuration en changeant nous-mêmes cette roue arrière. Après quelques kilomètres parcourus, on a gagné en confort et en adhérence. Espérons qu’elle soit prochainement incluse d’office.

Non parce qu’il y aura bientôt mieux

E-Twow intègrera prochainement un nouvel affichage, une V2 qui devrait intégrer les feux arrière clignotants que l’on retrouvera donc sans doute en physique sur le garde-boue. Une évolution qui sera particulièrement judicieuse tant il est actuellement compliqué de signaler sa direction tout en roulant.

Autre évolution à venir, E-Twow nous a confirmé qu’un modèle Bluetooth était programmé pour 2019. Cette étape laisse de nombreuses possibilités. Xiaomi l’a déjà fait sur sa M365, l’application compagnon permettant de gérer finement les fonctions de la trottinette et même de la verrouiller.

>>> Mijia M365 : faut-il craquer pour la trottinette de Xiaomi ?