10 raisons de craquer pour un appareil photo hybride [sponsorisé]

Apparus voilà une dizaine d’années, les hybrides séduisent un nombre toujours plus important de photographes amateurs,mais également professionnels. Il faut dire que cette nouvelle génération d’appareils dispose de nombreux atouts, empruntés aussi bien au monde des compacts et des bridges qu’à l’univers des reflex.

Parce qu’il est compact

Voilà sans aucun doute la principale raison de l’engouement pour les hybrides. Aussi polyvalents que les reflex et offrant une qualité d’image comparable, ils sont en revanche bien moins encombrants, exception faite de la plupart de ceux qui intègrent un capteur plein format. Le Panasonic GX 9 par exemple, ne mesure que 12.4 X 4.7 X 7.2 cm, pour un poids de 450 g.  En outre, pour parfaire encore cette compacité,les constructeurs ont développé des optiques extrêmement fines. Plus maniables,les hybrides attirent aussi nettement moins l’attention qu’un reflex. Notez que pour réduire encore l’encombrement, certains modèles font l’impasse sur le viseur électronique.

Il est aussi complet qu’un reflex

Dans ce domaine encore, l’hybride tient la dragée haute aux reflex et aux bridges. Malgré leur compacité, ils se distinguent par leur ergonomie soignée, qui offre un accès aisé aux boutons et fonctions les plus employés,tels que la sélection des modes PASM, le choix du type d’autofocus ou le déclenchement de la vidéo. Les réglages avancés sont tout aussi accessibles,par le biais d’une molette ou d’une croix directionnelle, ou via l’écran LCD.

L’écran LCD, intuitif et silencieux

Presque tous les hybrides intègrent un écran tactile, et de plus en plus souvent orientable, à l’instar de celui des Nikon Z6 et Z7 ou Fujifilm X-T3. Il est d’ailleurs plébiscité par les vidéastes, car son usage permet d’éviter tout bruit parasite lors de l’enregistrement.

Le viseur électronique montre le résultat avant le déclenchement

Oui, le viseur électronique n’atteint pas encore la précision d’un viseur optique de reflex haut de gamme. Mais il se révèle bien meilleur que celui, souvent étriqué, qui équipe les modèles d’entrée, voire de moyenne gamme. Et surtout, il permet de contrôler, avant de déclencher, le rendu d’une prise de vue, en affichant en temps réel la profondeur de champ, mais aussi l’exposition de la scène en fonction des paramètres sélectionnés. Un atout lorsque les conditions sont difficiles, par exemple lors de photos en contrejour ou par faible luminosité.

Le grand capteur offre un excellent contrôle de la PDC

Malgré leur compacité, les hybrides intègrent des capteurs bien plus grands que ceux qui équipent la majorité des compacts et des bridges. Le premier avantage c’est qu’un grand capteur (4/3, APS-C ou 24X36) permet de réduire de façon plus importante la profondeur de champ, qu’un capteur de moindre dimension. En conséquence, à focale, ouverture et distance équivalentes, ils détachent nettement le sujet, du reste de la composition. Idéal en portrait, ou en photo de paysages urbains. Par ailleurs, à sensibilité égale, et en dehors de tout traitement logiciel, le bruit numérique est aussi moins présent sur un grand capteur que sur un plus petit. Jusqu’à 1600 ISO, il est même indécelable.

Le parc optique ne cesse de s’étoffer

Suivant l’engouement du public pour les hybrides, les constructeurs ont beaucoup investi dans la recherche et le développement, pour proposer des optiques aussi performantes que celles disponibles pour les reflex. Désormais,le choix est vaste et couvre tous les besoins. Même ceux qui utilisent principalement leur hybride pour la vidéo disposent d’optiques adaptées, dotées d’une motorisation AF inaudible. En outre, les fabricants généralistes, comme Tamron ou Sigma, proposent également des optiques destinées à la plupart des hybrides du marché. Notez enfin que vous pouvez greffer un objectif Panasonic sur un boîtier hybride Olympus, et vice versa, ce qui augmente encore le parc disponible.

Le parc optique ne cesse de s’étoffer

Désormais, la réactivité d’un hybride atteint celle des reflex d’entrée et de moyenne gamme, et certains se révèlent même aussi vifs que les meilleurs reflex actuels. Et pas uniquement lorsque les conditions sont favorables. En basse lumière, les Lumix G9, Sony Alpha 7 III ou Fujifilm X-T3 font merveille pour accrocher un sujet y compris en mouvement. La cadence de prise de vue est un autre point fort, le mode rafale dépassant fréquemment les 10 images par seconde en RAW.  De quoi aborder sereinement la photo sportive ou animalière.

Il filme en 4K

Aussi à l’aise en photo qu’en vidéo. La formule n’a rien d’exagérée,s’agissant des hybrides. Tous les modèles lancés depuis deux ans intègrent en effet la vidéo 4K et un nombre croissant d’entre eux enregistrent dans ce format avec un débit de 100 Mb/s, voire davantage, ce qui permet d’obtenir une formidable précision dans les images fourmillant de détails, tels qu’un sous-bois ou une rue très animée. Notez qu’évidemment, tous les hybrides filment aussi en Full HD, et souvent à jusqu’à une vitesse de 120 images par seconde. De quoi réaliser de superbes ralentis !

La plupart disposent d’un stabilisateur mécanique

La majorité des hybrides Olympus, Panasonic et Sony intègrent un dispositif de stabilisation mécanique sur trois ou cinq axes. A l’usage, la technologie permet de limiter les risques de flou de bougé qui surviennent lorsque l’on réduit trop la vitesse, en raison du manque de luminosité, ou que l’on photographie à main levée aux plus longues focales. En outre, comme le boîtier est stabilisé, toutes les optiques qu’on y greffe bénéficient de la technologie. Pratique en photo, la stabilisation est tout aussi précieuse en vidéo, puisqu’elle permet de réaliser des prises de vue à main levée sans la moindre vibration, y compris lorsqu’on se déplace lentement. 

Il permet de photographier en toute discrétion

En l’absence de miroir, un appareil hybride est forcément plus discret qu’un reflex. Bien sûr, le son de l’obturateur mécanique est perceptible, mais celui-ci reste mesuré. Ce déclenchement feutré constitue un vrai plus dans les situations où le silence et le calme sont de rigueur, par exemple en photo de mariage ou animalière. Notez que certains hybrides, notamment le Canon EOS R ou les Nikon Z6 et Z7, disposent d’un mode silencieux qui, comme son nom l’indique,rend le déclenchement totalement inaudible. Mais dans ce cas, le flash est inopérant.