Comparatif drones : comment choisir ? Lequel acheter ?

1 : De 20 à 1700 euros : tout savoir sur les drones de loisirs 2 : Quelle taille choisir ? 3 : Un drone, ça se pilote comment ? 4 : Le contrôleur de vol : intégré ou en kit ? 5 : Et question autonomie, ça donne quoi ? 6 : Que valent les caméras embarquées ? 7 : Les vols en immersion, c’est quoi ? 8 : Vols en FPV : les sensations fortes ! 9 : La checklist avant le décollage 10 : Réparer après un crash ? 11 : Drones de loisirs, drones civils ? 13 : Comment savoir où voler – et où ne pas voler ? 14 : La loi va-t-elle évoluer ? 15 : Des nuisances sonores ? 16 : Quels sont les accessoires indispensables ? 17 : En bref : les conseils pour bien débuter 18 : Le jargon du drone 19 : Bilan : quel drone choisir ?

Comment savoir si on peut piloter légalement ?

La réglementation française repose sur de nombreux textes qui s’ajoutent, à la manière d’un mille-feuille. Les deux arrêtés publiés en 2015 qui posent les bases de la réglementation ont été complétés par une loi en 2016 et des textes additionnels. La loi de 2016 n’est que partiellement en vigueur : ses différents articles ne sont effectifs qu’au gré de la publication d’arrêtés et de décrets d’application. La réglementation en France aurait pu être simple, elle est devenue au fil du temps la plus complexe de la planète.

  1. Je ne survole pas les personnes.
  2. Je respecte les hauteurs maximales de vol. C’est en général une hauteur de 150 mètres, mais pas toujours. Il faut se renseigner !
  3. Je ne perds jamais mon drone de vue et je ne l’utilise pas la nuit.
  4. Je n’utilise pas mon drone au-dessus de l’espace public en agglomération. Cela signifie qu’il est interdit en voler dans les villes, dans les villages, dans les parcs publics, les fleuves et rivières en agglomération. Il est toléré de voler chez soi, dans un espace privé, ou avec l’autorisation du propriétaire. Un lotissement n’est pas une propriété privée puisqu’il est partagé.
  5. Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes et stations d’hélicoptères.
  6. Je ne survole pas de sites sensibles ou protégés. Les centrales nucléaires en font partie, mais aussi les usines, les bâtiments publics, les parcs nationaux, certaines réserves naturelles.
  7. Je respecte la vie privée des autres.
  8. Je ne diffuse pas mes prises de vue sans l’accord des personnes concernées et je n’en fais pas une utilisation commerciale. Il est particulièrement important de ne pas diffuser des images de personnes sur le net sans leur consentement.
  9. Pour piloter un drone de plus de 800 grammes, je suis une formation en ligne sur le site AlphaTango de la DGAC et je passe un questionnaire qui aboutit à la délivrance d’une attestation de formation. https://alphatango.aviation-civile.gouv.fr/
  10. Pour piloter un drone de plus de 800 grammes, je dois l’enregistrer sur le site AlphaTango de la DGAC et je dois apposer le numéro d’enregistrement sur l’appareil. https://alphatango.aviation-civile.gouv.fr/
  11. Il est fortement recommandé de vérifier si l’assurance multirisque englobe la pratique du drone – cela dépend de chaque assureur.
Le site AlphaTango de la DGAC permet de suivre une formation, d’obtenir un certificat et d’enregistrer les appareils. Ce n’est nécessaire que pour les engins de plus de 800 grammes.

C’est contraignant ? Oui, bien sûr. Pas question par exemple de voler en ville, ni de piloter de nuit. Vous ne pouvez pas non plus filmer un mariage (il y a survol de personnes et activité commerciale). Peut-on voler sur une plage ? La réponse est simple s’il y a du monde, c’est non. Si elle est déserte, il n’est pas certain pour autant que ce soit possible, il se peut par exemple que la plage soit considérée comme en agglomération. Même chose sur une piste de ski. Une question revient souvent : peut-on décoller depuis son jardin ? La réponse est « probablement, en se tenant à une hauteur très faible, mais il faut vérifier ». Car si le jardin est à proximité d’un aéroport, d’un héliport ou d’une zone sensible, c’est non. »

A lire aussi : [Test] DJI Phantom 3 Standard : bien plus qu’un drone

La DGAC apublié une notice explicative en 10 points destinée à simplifier laréglementation – elle ne tient pas encore compte de la loi de 2016

Sommaire :

  1. De 20 à 1700 euros : tout savoir sur les drones de loisirs
  2. Quelle taille choisir ?
  3. Un drone, ça se pilote comment ?
  4. Le contrôleur de vol : intégré ou en kit ?
  5. Et question autonomie, ça donne quoi ?
  6. Que valent les caméras embarquées ?
  7. Les vols en immersion, c’est quoi ?
  8. Vols en FPV : les sensations fortes !
  9. La checklist avant le décollage
  10. Réparer après un crash ?
  11. Drones de loisirs, drones civils ?
  12. Comment savoir si on peut piloter légalement ?
  13. Comment savoir où voler – et où ne pas voler ?
  14. La loi va-t-elle évoluer ?
  15. Des nuisances sonores ?
  16. Quels sont les accessoires indispensables ?
  17. En bref : les conseils pour bien débuter
  18. Le jargon du drone
  19. Bilan : quel drone choisir ?