À quelques semaines de son déploiement, les démos de la 5G sont loin d’être impressionnantes

Pour une conférence censée démontrer les bienfaits de la 5G, on peut dire que le Qualcomm Snapdragon Technology Summit s’est révélé plutôt décevant. Le congrès, qui se déroulait à Maui à Hawaii, a certes rassemblé les grands acteurs de la communication américains, à savoir Verizon, AT&T et bien évidemment Qualcomm, qui a annoncé le Snapdragon 855.

>> 5G Bouygues Télécom : des tests grandeur nature avant le lancement en 2020

Les journalistes ont effectivement eu l’occasion de mettre la main sur des smartphones équipés en modems 5G, mais à en croire l’article publié par The Verge, l’expérience s’est révélée plus frustrante qu’autre chose. En effet, les exposants ne laissent pas les visiteurs effectuer quoi que ce soit de vraiment utile avec les nouveaux modèles de téléphones.

>> Les meilleurs smartphones de 2018

Les professionnels en ont conclu que s’il n’est pas possible de mettre cette technologie à l’épreuve, c’est simplement parce qu’elle n’est pas encore en mesure de tenir toutes ses promesses. Les participants ont constaté des vitesses de 140 Mbps alors même que la « simple » 4G offre parfois un débit de 400 Mbps. Un représentant de Ericsson, en charge des installations 5G pour la durée du congrès, révèle le pot au rose, et avoue à The Verge que « la bande passante allouée à chaque FAI, d’une largeur de 100 MHz, et le peu de temps accordé pour tester les réglages n’ont pas permis d’optimiser la vitesse du réseau […] En réalité, les réseaux 5G devraient avoir un spectre allant de 400 à 800 MHz ». Comme le résume un représentant de Verizon : « l’objectif des réseaux 5G lors de la conférence est de montrer l’expérience utilisateur plus que des vitesses de connexion ». On l’aura compris la 5G et ses 5 Gbps de débit théorique sont encore loin d’être prêts pour le prime time.