De nombreuses apps Android transmettent des informations à Facebook

L’organisme Privacy International a publié les résultats d’une enquête révélant que près de 60% des applications Android les plus populaires transmettent des informations personnelles à Facebook. Des applications telles que Tripadvisor, Skyscanner ou encore Kayak partagent dès leur démarrage des données incluant non seulement l’identifiant Android de l’utilisateur, mais aussi, dans certains cas, les informations fournies dans les formulaires. Dans le cas de Skyscanner ou Kayak, il pourrait s’agir, par exemple, des recherches sur la destination et les vols sur lesquels vous vous êtes renseignés.

>> Après 7 ans d’iOS, je suis passé à Android. Récit d’un virement de cuti

Les données ainsi échangées sont certes anonymisées, mais le procédé n’en reste pas moins illégal. En Europe tout du moins, où le Règlement général sur la protection des données interdit désormais aux entreprises d’échanger les données des utilisateurs sans leur consentement. Si cette énième fuite peut au premier abord paraître scandaleuse, le Financial Times nous rappelle que Facebook n’est pas seul responsable de cette situation.

Le RGPD est conçu pour protéger les informations personnelles des utilisateurs afin que ceux-ci ne soient pas identifiables. En pratique, une telle mesure est difficile à appliquer. Même une entreprise aux moyens aussi conséquents que Facebook a eu du mal à implémenter correctement et rapidement cette fonctionnalité. Lorsque l’on sait que des milliers d’applications dépendent du kit de développeur Facebook et que tous les développeurs tiers n’intègrent pas correctement les nouvelles fonctionnalités, ce “retard au démarrage” semblait inévitable. Skyscanner, par exemple, plaide la bonne fois, et ses représentants affirment qu’ils ne savaient pas qu’ils envoyaient des informations à Facebook. De son côté, le réseau social met en avant l’arrivée prochaine d’outils dédiés à la gestion des données personnelles qui permettront par exemple d’Effacer l’historique encore d’avoir un contrôle plus granulaire sur les informations partagées.