C’est officiel, l’upskirting est enfin considéré comme un crime en Angleterre

La pratique de l’upskirting, qui consiste à prendre des photos « sous les jupes » (littéralement), est désormais considérée comme un délitau Royaume-Uni.

L’upskirt est donc devenue un acte répréhensible au Royaume-Uni et au Pays de Galles. Si la loi a bien failli ne pas voir le jour, elle entrera bien en vigueur en avril prochain. Est considérée comme un upskirt une photo des dessous (ou sans sous-vêtements) d’une personne prise sans son consentement dans le but de « gratifier sexuellement » ou de « provoquer l’humiliation, la détresse ou l’inquiétude ». Si les victimes auront droit à certaines protections juridiques, comme le fait de ne pas voir leur nom diffusé dans la presse, les contrevenants risquent quant à eux jusqu’à deux ans de prison.

Pourquoi l’Angleterre s’intéresse-t-elle aujourd’hui au sujet ? Probablement parce que la pratique est devenue un phénomène incontrôlable, tant ce genre de photos pullulent sur le Web. Et si l’upskirt est aussi répandu, c’est peut-être parce qu’il est extrêmement facile et peu onéreux de se procurer une minuscule caméra-espionne, afin de la glisser dans une chaussure. Il était temps, donc.

Notez que le Royaume-Uni n’est pas le seule à se préoccuper de ce phénomène. L’Ecosse a une loi similaire depuis 2010, tout comme le Canada et la Belgique. La France a également adopté un amendement l’an passé qui considère comme un délit la «captation d’images impudiques».