Accueil » Actualité » 5G : deux moines incendient des antennes-relais

5G : deux moines incendient des antennes-relais

En France, deux moins ont été interpellés après avoir mis le feu à une antenne-relais 5G et tenté d’en incendier une deuxième. Ils affirment avoir agi pour le bien de l’humanité et « pour prémunir la population des effets nuisibles » de la 5G.

Deux moines d’un monastère catholique situé dans le Rhône ne supportent visiblement pas la 5G et son implémentation en France. Ils ont été arrêtés par les gendarmes pour avoir tenté d’incendier une antenne-relais. Ils avaient effectivement déjà réussi à en brûler une avant de récidiver pour en incendier une autre. Les deux moines âgés de 39 et 40 ans ont ainsi été pris en flagrant délit.

Antenne-relais 5G
Antenne-relais 5G – Crédit : F. Muhammad / Pixabay

La 5G est souvent au cœur de nombreuses théories du complot. L’année dernière, des complotistes essayaient d’établir un lien entre la 5G et le coronavirus. Ils ont ensuite affirmé que Bill Gates voulait implanter des puces 5G avec les vaccins, ce à quoi sa fille avait répondu de manière amusante.

Le couvent de ces deux moines assure que l’attaque ciblée contre les antennes 5G est « une erreur de jeunesse »

Pour ces deux moines du Beaujolais, la 5G représente un danger et ils voulaient « prémunir la population des effets nuisibles », comme l’a rapporté le procureur de Villefranche-sur-Saône, Laëtitia Francart. Les deux hommes ont donc commencé par mettre le feu à une antenne-relais 5G à Saint-Forgeux, au nord-ouest de Lyon. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 14 au 15 septembre. Les dégâts étaient limités.

La nuit suivante, les moines s’en sont pris à une deuxième antenne-relais à Ancy, une autre commune à proximité de Saint-Forgeux. Néanmoins, les gendarmes les ont interpellés en flagrant délit et aucun dégât n’a été constaté. Les moines ont immédiatement reconnu les faits.

Ils ont été mis en examen pour « destruction et tentative de destruction par moyen incendiaire » et « association de malfaiteurs ». Le monastère Saint-François à Villié-Morgon prend maintenant leur défense. Il s’agit, selon les frères capucins, d’un « acte isolé et d’une erreur de jeunesse ». Les moines auraient voulu protéger la population. Une porte-parole du monastère a également expliqué que : « les ondes sont très nocives pour la santé et ils souhaitent agir pour le bien-être de l’humanité ».

Source : Le Figaro