Accueil » Actualité » A7 Sportback : le virage tout numérique d’Audi

A7 Sportback : le virage tout numérique d’Audi

Image 1 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'AudiAprès de longs mois d’attente pour les passionnés, Audi vient de dévoiler la nouvelle ligne de sa berline haut de gamme : l’A7 Sportback. Bien qu’elle semble conserver les lignes de l’ancienne génération, elle a été totalement repensée aussi bien extérieurement qu’intérieurement, système à bord compris.

Design racé et numérique

Cette A7 2018 hérite des coups de crayon déjà esquissés sur le concept Prologue, présenté en 2014. Les mêmes lignes que l’on retrouve sur l’A8 dévoilée lors du récent salon de Francfort. On a droit à une dynamique plus franche, plus anguleuse. Les designers d’Audi que nous avons rencontrés expliquent s’être tout autant inspirés d’un yacht, d’un zeppelin que d’une panthère. L’A7 conserve donc des rondeurs, mais qui se trouvent soulignées et cassées par des lignes franches et prolongées, par exemple sur l’énorme bouclier avant ou la toute nouvelle bande de feux arrière.

Image 2 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'AudiIdem pour les nouveaux phares signatures d’Audi. Leurs Leds ne sont pas continues, mais alternées avec d’un espace vide entre chaque faisceau. Le but est de marquer l’entrée de plain-pied de la marque allemande dans le monde numérique. Celui-ci étant composé de 1 et de 0, ces chiffres sont représentés par des Leds allumées ou « éteintes ».

Image 3 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'Audi

Un habitacle tout en écrans

Le design dans l’habitacle de cette A7 évolue lui aussi. Elle sera la première Audi commercialisée avec le Black Panel, un long panneau qui couvre l’ensemble du tableau de bord, venant encadrer toutes les commandes, mais aussi les multiples écrans. À ce sujet, le constructeur d’Ingolstadt explique que « l’intérieur d’une Audi ne doit pas ressembler à un iPad oublié », il faut que tous les éléments numériques soient bien intégrés, à commencer par les écrans.

Ils sont au nombre de trois dans l’A7. On en trouve un premier de 12,3 pouces à la place du compteur. Il est dédié au Virtual Cockpit 2.0 qui présente aussi bien les données de conduite (compteur de vitesse, compte tours), que le GPS ou les informations de l’ordinateur de bord.  En tout, il renferme pas moins de 5000 fenêtres affichables.

Image 4 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'Audi
Sur la console centrale sont installés les deux autres écrans dédiés au MMI Touch, la nouvelle version du système multimédia d’Audi, tactile et disposant d’un contrôle vocal naturel connecté (en option). Ils viennent remplacer l’ensemble molette/boutons qui garnit la console de l’ancienne génération.

De 10,1 pouces de diagonale, le moniteur supérieur affiche le système de divertissement ainsi que le GPS. Si leur disposition a été étudiée, toutes les icônes peuvent être réorganisées par l’utilisateur afin de personnaliser son expérience.

Côté manipulation, Audi a couplé le tactile à une vibration et un son, soit un système similaire à certains smartphones ou tablettes. Une technique qui informe le conducteur que la commande a bien été prise en compte. De quoi faciliter la navigation dans les menus et conserver au mieux les yeux sur la route.

Image 5 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'AudiSous l’écran principal du MMI Touch, un second affichage se concentre sur la gestion du chauffage et de la climatisation, mais pas que.

Ainsi, la saisie d’une adresse peut être effectuée via un clavier virtuel, mais aussi de manière manuscrite sur cet écran. Une fonction similaire existait déjà chez Audi, mais se limitait à la saisir d’une lettre à la fois sur une minuscule zone tactile. Désormais, il est possible de saisir chaque information de l’adresse de destination sur un seul écran. Pour l’avoir essayé, la reconnaissance d’écriture utilisée est performante.

Enfin, achevons ce tour de l’espace multimédia de l’A7 Sportback par son équipement audio. Audi en propose trois différents en montée de gamme. Le plus abouti est le Bang & Olufsen Advanced Sound System qui offre un son 3D jusqu’aux places arrière.

Image 6 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'Audi

39 systèmes d’assistance

L’A7 2018 est aussi une vitrine technologique de par ses options d’aide à la conduite. Pas moins de 39 systèmes d’assistance peuvent y être installés, jusqu’à l’AI, un système autonome qui sera disponible en 2018. Celui-ci permet de manœuvrer le véhicule à distance, dans un parking ou un garage, par exemple. Depuis l’application myAudi, le conducteur peut ainsi sortir son véhicule sans être à son bord.

La conduite autonome est également au programme, mais uniquement à son second niveau. À l’instar de l’A8 présentée à Francfort, l’A7 Sportback peut être équipée d’un scanner laser (200 m de distance) pour atteindre le niveau 3 d’autonomie, mais ce système est trop évolué et n’est pas encore autorisé à être utilisé sur route ouverte.

>>> Audi va franchir un nouveau cap sur l’autonomie de son A8

Image 7 : A7 Sportback : le virage tout numérique d'Audi

Légèrement hybride

Terminons pas la motorisation. À son lancement, elle ne sera disponible qu’en version essence dotée d’un bloc V6 3.0 TFSI de 340 chevaux. Rapidement, il sera rejoint par une motorisation diesel avec un 3.0 TDI de 286 chevaux.

Il est accompagné d’un nouveau système hybride léger (MHEV), lequel assiste le moteur principal et permet de mettre en roue libre la voiture entre 55 et 160 km/h. Autre innovation, le Start&Stop qui fonctionne désormais à partir de 22 km/h. Couplées, ces avancées permettent d’économiser 0,7 l/100 km.

L’Audi A7 Sportback sera disponible en début d’année prochaine. Son prix de départ est fixé à 67 800 € pour le marché allemand. Les tarifs français seront dévoilés prochainement.