AppStore : suppression d'applications pour Cartier

Cartier a porté plainte contre Apple. La célèbre marque de luxe reprochait à la firme de Cupertino d’avoir contrefait plusieurs de ses créations.

Vite fait, bien fait

La copie interdite avait pris place dans différentes application pour iPhone et iPod Touch. Destinées à donner l’heure, elles mettaient en scène différents modèles de montre du bijoutier français. Comme à l'accoutumée, l’affaire s’est réglée rapidement. Dans les 24 heures qui ont suivi la plainte de Cartier, Apple à tout bonnement retiré deux applications de son AppStore.

Un arrangement à l’amiable qui n'est pas une exception pour Apple. En effet, il y a un mois, l'entreprise de Steve Jobs a dû ôter une application qui demandait de secouer l'iPhone pour faire taire un bébé. La protection de l'enfance était alors intervenue.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • LVM
    Il n'y a rien d'extraordinaire à tout ça, le distributeur (ici Apple) est responsable de ce qu'il vend au public. Ce pourquoi Cartier avait déposé plainte contre lui...

    Apple a donc retiré cette appli conformément au contrat signé avec les développeurs (qui leur signifie clairement l'exclusion en cas d'infraction au droit d'auteur ou tout autre pratique illégale...).

    Donc rien qu'on ne verrait sur sur les stores concurrents si ceux-ci existaient (projet de Nokia et MS) ou avaient des applications en nombre suffisants et intéressaient le public (Android Market).
    -2
  • noldarn
    La reproduction numérique d'un objet réel c'est considéré comme de la contrefaçon ?
    Franchement faudra m'expliquer en quoi ça nuit à la marque citée ...
    En tout demander le retrait de l'appli ça permet qu'on en parle : c'est peut-être le but recherché finalement ...
    1
  • Dr_cube
    noldarn :
    Réfléchis..
    — Si je prends ta photo, et que je la mets dans toutes mes applications iPhone, et même de partout sur Internet, tu vas gueuler. Pourtant t'es un objet réel, et je t'ai simplement numérisé. Mais puisque tu apparais sur l'image, tu as un droit sur cette image, au même titre que celui qui a pris la photo. Même sans cette notion de droit d'auteur, en associant ta photo avec celle d'une prostituée et de Ben Ladden, je nuis à ton image.
    — De même, si je prends en photos toutes les peintures d'un musée, et que je les mets sur un site web, ou que je les projete sur un mur pour créer mon propre musée, je vais avoir des problèmes.
    — Si je scanne toutes les pages d'un livre et que je les mets sur le web, je vais aussi avoir des problèmes et c'est logique. Pourtant je n'ai fait que numériser un objet physique !
    — Il en va de même pour cette application iPhone : un type s'est cassé le tronc pour designer des montres, et il n'a pas envie que quelqu'un d'autre gagne de l'argent avec son travail.
    2