"BlackoutBerry" : les explications de RIM

Depuis quelques jours les services de Research In Motion sont indisponibles. Des millions de BlackBerry ne sont plus bons qu’à téléphoner et envoyer des textos.

A l’origine, il y a une panne d’un serveur à côté de Londres. Le directeur technique de la firme canadienne, David Yach, explique que cet incident a créé un engorgement des données qui s’est peu à peu répercuté sur de multiples pays. « Un commutateur de secours aurait dû prendre le relais, mais n'a pas fonctionné », a-t-il ajouté. « L’infrastructure de BlackBerry est mondiale, avec des noeuds situés dans différentes zones », poursuit-il. De facto, il va falloir du temps à RIM pour remettre son réseau en place, les files d’attente ne désemplissant pas.

Car si l’on peut toujours appeler avec son BlackBerry, il est impossible d’accéder à Internet, d’envoyer ou recevoir des mails et de communiquer avec BlackBerry Messenger, soit les fonctionnalités principales d’un BlackBerry. RIM se veut rassurant et déclare que les messages actuellement bloqués seront bien acheminés. Aucun ne sera effacé.

Le titre RIM a déjà perdu la moitié de sa valeur depuis janvier. Cet évènement achève d’entacher sa réputation. Bien que sa nouvelle gamme de smartphones soit de bonne qualité, les consommateurs de BlackBerry risqueraient pour une partie de succomber à l’iPhone 4S ou à un mobile Android tel que le Nexus Prime.

BlackBerry : 3ème jour de panne générale