LiveTest : Nikon Coolpix S1100PJ, un appareil avec projecteur intégré 2/2

Épisode 2 : la projection

Après l'aspect photo, vidéo et ergonomie, place à ce qui fait la particularité de cet appareil compact : le picoprojecteur.

Présenté comme la véritable valeur ajoutée de cet appareil, la projection a subi un lifting sur le S1100PJ. Il y a quelques semaines, la rédaction a eu l’occasion de tester un pico-projecteur Samsung de très petite taille plutôt complet, mais dont le prix n’était pas adapté à sa cible. On retrouve le même type d’usage nomade pour la fonction projection de ce Nikon : pas adapté pour tenir une présentation devant Steve Jobs, mais plutôt pour montrer ses photos de vacances à sa famille ou à ses amis.

Concrètement, la première réaction d’un spectateur concerne la taille de la diagonale affichée. Elle est annoncée de 26 à 240 cm. Problème : au-delà de 50 cm, c’est tout simplement désagréable à regarder. Une molette permet bien de faire facilement le point (on regrette d’ailleurs le choix du plastique pour la finition), l’appareil est passé de 10 à 14 LUMENS de capacité de projection, pourtant le rendu est toujours aussi sombre.

Pas de projection sans noir complet


Par exemple, en plein jour dans une salle dont les stores sont tirés, impossible de deviner ce qu’affiche la projection. Le S1100PJ est pourtant vendu pour « partager (ses) supports numériques entre amis, collègues ou auprès de clients, lors d’une réunion ou d’une séance de présentation commerciale ». Autant le reconnaître d’emblée : sans noir complet, la projection ne donnera rien. Or peu de salles de conférences ou de réunion sont capables d’empêcher totalement la lumière d’entrer. Ce qui réduit considérablement l’usage de l’appareil.

La projection est légèrement plus efficace une fois l’appareil relié (via USB) à un ordinateur, Mac ou PC. Une fois le soft installé, il suffit de brancher le Nikon pour projeter le contenu de son écran d’ordinateur. Pour peu que l’on se situe dans une pièce sombre (une fois de plus), le résultat se révèle satisfaisant. Nikon a doté le S1100PJ de quelques accessoires de bonne facture. La télécommande infra-rouge est une excellente idée, notamment dans le cas d’un album photo ou d’une succession de vidéos. Idem pour le câble audio-vidéo fourni dans la boîte. En revanche, le pseudo-support pour un meilleur affichage n’est d’aucune utilité : on gagne quelques degrés tout au mieux.

Bilan :


On pouvait légitimement s’attendre à une mise à jour conséquente avec ce S1100PJ, dont le concept est pertinent. Pourtant, c’est une nouveau coup d’épée dans l’eau. La faute notamment à un écran tactile trop imprécis et à des conditions de projection trop exigeantes pour réellement coller à son positionnement. En espérant qu’une future version améliorera ces points.

Déjà paru : 

LiveTest : Nikon Coolpix S1100PJ, un appareil avec projecteur intégré 1/2