Facebook voudrait en savoir plus sur votre humeur

Les utilisateurs de Facebook pourraient bientôt disposer de nouveaux outils pour exprimer ce qu'ils ressentent. TechCrunch a pu constater que des tests étaient actuellement menés par quelques personnes, dont les statuts sont plus fournis la normale.

Ces derniers peuvent désormais être accompagnés d'une indication sur son humeur, mais également partager ce que vous êtes actuellement en train de regarder, lire, écouter. Lorsque ces informations sont renseignées, d'autres détails peuvent s'ajouter automatiquement, par exemple le nom des acteurs dans le cas d'un film.

Enfin, il semblerait également qu'il soit également possible de renseigner ses amis sur ce que l'on mange ou boit. À raison de trois repas par jour, on n'ose imaginer l'état de nos flux d'actualités si ne serait-ce que la moitié de nos amis s'y mettait. Nos confrères de Techcrunch ont eu la bonne idée de prendre des captures de ces nouveaux statuts, qui seraient, en cas de succès, déployés sur les versions web et mobile du réseau social.

Et vous, que pensez-vous de ces nouveaux statuts ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • NaZTeC
    Facebook bientôt nous demanderas notre poids de naissance, la taille de notre sexe...

    Et tout le monde continuera à trouver ça bien!
    0
  • noldarn
    Tant que rien ne t'oblige à renseigner ces infos je ne vois pas de problème personnellement.
    Ceux qui le font se rendront compte un jour de ce que cela implique et arrêteront probablement de le faire ...
    0
  • Kenelm
    Ou pas.

    Nos amis ont un compte Facebook, et ils s'en servent pour échanger photos de vacances, et organiser diverses soirées, et très vite, on se rend compte que si on veut ces photos et être prévenu de ces soirées, il faut un compte Facebook. A moins de prendre la décision de changer d'amis... parce qu'on peut pas vraiment lutter contre, dans la mesure où l'on se fera lentement et automatiquement exclure. Comme l'avait dit Georg Hegel, "l'existence est fondée sur la reconnaissance". Quand on est un djeunz de nos jours, soit on a un compte Facebook, soit on n'existe plus.

    Alors on craque, et on se laisse facilement prendre au piège de renseigner tout un tas d'infos sans le vouloir... parce que tout le monde n'est pas informaticien ni parano. Puis vient l'éternel problème de la vie privée, qui est qu'elle n'est jamais vraiment privée; du moins elle l'est tout aussi peu que le nombre de personnes avec qui on la partage. Ce qui fait que sans donner un seul renseignement, grâce à l'innocente fête d'anniversaire organisée pour toi et des tonnes de messages de "bon anniversaire !" sur son wall, finalement, ta date de naissance, tout le monde la connaît et la renseigne sur Facebook... puis vient le gros abruti qui prend une photo chez toi avec les coordonnées GPS et qui la fout sur Facebook, comme ça tout le monde sait où t'habite... puis viennent tes collègues qui balancent des infos sur toi sur leur wall, ce qui permet de faire le lien avec ton boulot... très vite, c'est une vie entière qui est relayée sur Facebook, et ce uniquement par le moyen de gens que l'on fréquente.

    Et une fois qu'on a toute sa vie sur Facebook, est-ce qu'on l'abandonne si facilement ? Difficile à envisager... Je vois pas Facebook s'écrouler de si tôt, et les gens qui sont dessus vont pas vraiment le quitter. C'est devenu trop essentiel, trop central, et une partie intégrante de la vie de nombreuses personnes. Quand on en voit certains qui s'accrochent à leurs vieux SMS qu'ils ne relisent pourtant jamais, on se dit que Facebook est immortel.

    Le problème de Facebook est que c'est une grande toile, où tout peut être connecté. Et on n'a aucun pouvoir sur les connexions reliées à sa propre identité. A partir du moment où l'on fréquente des gens avec un compte Facebook, on est baisé, et même si on crée un profil sur Facebook mais qu'on met rien dessus, on l'est plus encore.
    1