L'Élysée piraté par les États-Unis ?

Et si l'Élysée avait été piraté par les États-Unis ? C'est en tout cas la thèse que défend le magazine L'Express, qui décrit dans un article le processus. L'histoire début en mai 2012, juste avant l'élection de François Hollande. Le site internet de L'Élysée est la cible d'une attaque informatique, un ver capable de récupérer des notes secrètes ou encore d'enregistrer des conversations grâce aux micros des machines infectées se déploie sur le réseau informatique présidentiel.

À quelques jours du second tour, le ver n'aurait pas été en mesure de contaminer l'ordinateur de Nicolas Sarkozy. Par contre, il se serait introduit avec succès sur les machines de ses proches collaborateurs : des conseillers, mais aussi le secrétaire général Xavier Musca. Si l'attaque est bien avérée, le quotidien Le Télégramme indique que tout a été fait pour qu'elle ne soit pas médiatisée.


Démasqué par son virus ?


Le niveau de complexité de l'attaque permettrait aux enquêteurs de limiter leurs recherches à quelques pistes. Selon les informations du magazine, le responsable de l'attaque ne serait autre que … les États-Unis. C'est en tout cas la conclusion à laquelle les experts arrivent en se basant sur "un faisceau de présomptions".

L'un des indices serait le virus lui-même, basé sur Flame, d'ailleurs découvert en mai 2012. Ce ver découvert par Kaspersky aurait été mis au point par les États-Unis en collaboration avec Israël à des fins d'espionnage sur la région du Moyen-Orient.

Même s'il est probable que l'on ne connaisse jamais le fin mot de l'histoire, l'ambassade des États-Unis a nié toute implication dans ces attaques.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire