Google : 100 000 €, l'amende record de la Cnil

Google vient d’être condamné à 100 000 euros d’amende par la Cnil (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). En cause, les données personnelles illégalement récoltées par le géant américain.

Jusqu’au début de l’année 2010, les Google Cars sillonnaient les routes pour alimenter Street View, reconstitution panoramique de villes en photos. Par la même occasion, elles abreuvait leurs sauvegardes des données Wi-Fi des particuliers ainsi que « de nombreuses données concernant des particuliers, identifiés ou identifiables », explique la Cnil. Par là, la Commission entend que Google avait un œil baladeur sur les « données de connexion à des sites web, mots de passe de messagerie, adresses de courrier électronique, échanges de courriels révélant notamment des informations sensibles sur l'orientation sexuelle ou la santé des personnes. » Google amassait des informations sur tout et tout le monde.

100 000 euros : une amende record


Selon la firme de Mountain View, ces informations ont été enregistrées par erreur. Néanmoins, la Cnil précise que les données sans fil récoltées à l’insu des riverains ont permis à Google « d'acquérir ainsi une position dominante dans le secteur des services de géolocalisation. »

Le 17 mars 2011, Google est condamné à verser 100 000 euros d’amende pour avoir enfreint la loi informatique et libertés. Même si le géant américain n’utilise plus ses Google Cars pour récolter des données Wi-Fi, il passe désormais par son service mobile Latitude, et ce, toujours à l’insu des utilisateurs. Identifiants SIID et adresses MAC, tout y passe, Google veut une main mise sur le réseau français. Cette nouvelle étape ainsi que le refus de Google de soumettre son service Latitude à la loi française ont motivé la sanction prononcée par la Cnil à son égard. Mais 100 000 euros font-ils trembler Google ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • kidounet
    Question à la con : à qui ou a quoi vont profiter ces 100.000€ ?
    Car je ne pense pas que c'est en dommages et intérêts pour les victimes de ces collectes ...
    0
  • Anonyme
    m'enfin, si on ne sécurise pas ses informations, elles sont publiques, non?

    Si je demande pas a être sur liste rouge, on peut connaitre mon numero de téléphone.

    Si mon wifi est ouvert, que mes mots de passe sont stockés en clair dans des fichiers en partage sans mot de passe sur mon PC, faut pas venir pleurer!

    meme que si qqu utilise mon wifi pour télécharger illégalement, c'est de ma faute (défaut de sécurisation HADOPI) donc l'amende, c'est à celui qui a laissé ses informations en clair qui devrait la payer... quoi, je pousse un peut trop, là?
    0
  • Kenelm
    C'est pas parce que tu ne te caches pas que tout le monde a le droit de t'espionner, d'enregistrer des informations sur toi, de les exploiter, et de les exposer à tout le monde sur internet. C'est ce que font les paparazzis, et comme tu peux le constater, ils se prennent régulièrement des procès, mais même les magazines n'en ont pas peur, ils paient les amendes ridicules comparées aux revenus des ventes.
    En fait l'idée, c'est qu'on doive respecter la vie privée des gens sans qu'ils aient à se cacher, car évidemment, il est bien dur de se cacher, et tu devrais pas avoir à vivre cloîtré et isolé pour qu'on te foute la paix.
    0