Les vraies raisons des choix d'Apple

Ce qui n'était à l'époque qu'une surprenante rumeur, comme nous en avons maintenant l'habitude avec Apple, s'est révélé vrai : Après de nombreuses années de bons et loyaux services pour la pomme, IBM ne travaillera plus pour la firme américaine, qui préfèrera dorénavant se fournir chez Intel, jusqu'ici largement réputé pour sa gamme de processeur Pentium qui équipent une grande partie des PC dans le monde.

Après Motorola et IBM, Intel sera donc le prochain à croquer la pomme, et l'annonce par Steve Jobs a été faite, épaulée par un grand "It's true !" (C'est vrai !), affirmant que les nouveaux modèles de la société à base d'Intel seront commercialisés dès juin 2006 et que la transition sera totalement terminée en 2007. Il confirme même la rumeur selon laquelle des versions de MacOS X existent déjà pour processeur x86 et va plus loin en faisant une démonstration sur une machine équipée d'un processeur Intel.

Mais qu'en est-t-il alors de la récente annonce par IBM d'un nouveau processeur PowerPC G5 double core à faible consommation ?
La séparation entre les deux firmes ne se serait-elle pas faite sur un commun accord ?

C'est justement à ce sujet que le site Arstechnica a publié un article, affirmant selon des sources internes à Apple, et que le site veut garder anonymes, que l'abandon d'IBM pour Intel de la part d'Apple n'est pas si innocent que cela y parait.

On y apprend entre autre comment la pomme gère ses relations avec les constructeurs de microprocesseurs, se posant en donneur d'ordre en exigeant un coût des plus faibles, et commandant un minimum de pièces.
Motorola n'a pas tenu la charge, mais IBM s'est efforcé de marcher au pas d'Apple, constamment sous les menaces de ce dernier, clamant que si les demandes n'étaient pas respectées, ils iraient voir ailleurs, et le nom d'Intel revenait alors sur la table.
Le brutal divorce du couple aurait donc laissé des projets orphelins...

C'est pour cette raison qu'Apple aurait changé de constructeur pour ses microprocesseurs...
Mais Arstechnica développe également une autre hypothèse, en rapport cette fois-ci avec les célèbres iPod...
En effet, le petit baladeur assure maintenant une grande partie des revenus de la firme, et tourne actuellement sur avec des puces ARM de chez Texas Instrument.
Mais Arstechnica n'exclut pas que ce dernier se retrouve maintenant équipé de puces Intel, ce qui rendrait la totalité de la gamme de produits Apple des produits fonctionnant à base de processeurs Intel. Exactement comme... Dell, le vendeur concurrent.

Mais le fait d'équiper les iPod de processeur Intel leur permettrait, grâce à la technologie XScale de ces derniers, de jouer des vidéos ou un autre type de média ; l'iPod ne serait alors plus un simple lecteur MP3, mais pourrait à terme devenir un concurrent d'autres lecteurs multimédias "polyvalents" comme la PSP de Sony.

Ces informations étant de sources anonymes, elles sont à prendre au conditionnel, mais l'analyse d'Arstechnica colle si bien à la réalité qu'on ne peut s'empecher d'y adhérer.
Nous découvrons ainsi l'envers du décors coloré et animé d'Apple et ses pratiques pour le moins contestables.

Voir l'article d'Arstechnica (en anglais)

Source : Onversity
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
15 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • sux__
    La question que beaucoup de nouveaux et ancien Mac-user c'est est ce que je doit attendre ou prendre un mac maitenant avant le passage a intel ?
    0
  • fg-boy
    Si ils veulent des processeurs moins cher, pourquoi n'ont-ils pas fait le choix d'AMD? Ou alors Apple veut faire conccurence à Microsoft en voulant, à terme, imposer son Mac OS sur PC (vu que Mac OS ne tourne... que sur Mac et qu'il a la réputation d'être fiable et simple, Steeve Jobs a eu l'idée de vendre son produit pour les PC, ceux-ci représentant 95% des ordinateurs...)? Je le vois venir gros comme une maison!
    0
  • Onigiri@IDN
    L'idée n'est pas à exclure.

    D'ailleurs, si tel était le cas, le boulversement ne serait pas moindre dans le monde de l'informatique puisque nous aurions pour la première fois un OS Apple qui tourne sur autre chose que sur une machine Apple, mais surtout un autre concurrent de taille aux côtés de BSD et Linux qui font déjà bien mal aux recettes de Microsoft sur PC.

    pour sux__ : le fait est qu'Apple n'a, à ma connaissance, pas encore communiqué pendant combien de temps serait maintenu le support des versions PowerPC de MacOS.
    Ceci rend donc la réponse encore plus difficile si on ne sait pas si les MacOS sur PowerPC seront maintenus encore longtemps...
    0