Nicolas Sarkozy veut augmenter la surveillance sur Internet, la CNIL veille...

Le ministre de l’Intérieur se montre en ce moment très actif en ce qui concerne la sécurité sur Internet.
Il s’était déjà illustré en dehors en appliquant un contrôle plus strict et en donnant plus de moyens à la police, c’est maintenant virtuellement que l’homme politique veut agir, notamment dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme.
Il avait déjà au début de la semaine rencontré Bill Gates, fondateur de Microsoft, pour évoquer ensemble le problème de la sécurité et de la criminalité sur Internet.
Aujourd’hui, le ministre compte appliquer ses idées à travers le projet de loi qu’il a présenté hier en conseil des ministres.
Et ce projet de loi se veut complet, puisqu’il préconise la généralisation de la vidéo-surveillance dans les lieux sensibles, un contrôle strict des voyageurs en partance pour des pays dits sensibles, l’installation de dispositif de surveillance photographique des voitures, ainsi que la rétention par les FAI de toutes données de connexion pendant une durée d’un an...

Une surveillance draconienne

Prenons un exemple tout simple.
Vous décrochez le téléphone qui est relié à votre Freebox pour appeler un ami.
L’avantage est que cet appel est gratuit, alors vous en profitez pour le faire un peu durer, puisque vous avez le temps.
Une trentaine de minutes plus tard, vous raccrochez.
Et bien sachez que toutes les données de votre appel, l’heure à laquelle il a été passé, sa durée, sa localisation, les adresses IP des deux correspondants, le numéro appelé, tout aura été enregistré à l’exception du contenu de la conversation, et ceci sera conservé pendant un an.
C’est ce que demande le projet de loi présenté hier par Nicolas Sarkozy, notre ministre de l’Intérieur.
L’homme politique cherche en effet à augmenter la surveillance appliquée sur Internet dans le cadre de sa lutte antiterroriste.
Ces données pourront donc être accessibles par la police sur simple demande et sans mandat judiciaire ni ordre d’un juge.
Notons que les Cybercafés sont également visés, et qu’ils se verraient également dans l’obligation de suivre la même conduite.

La CNIL exprime sa méfiance

L’organisme a donné son avis hier en fin de journée à ce projet de loi lors d’une conférence de presse, demandant à ce que les libertés individuelles ne se voient pas bafouées.
La CNIL avait déjà refusé une proposition lui étant parvenue, visant à tracer les internautes ainsi qu’à recueillir leurs données afin de les contacter personnellement.
Ce projet avait été refusé par la CNIL, qui le jugeait contraire aux libertés individuelles.
Aujourd’hui, elle demande que "les mesures exceptionnelles envisagées dans le projet de loi soient assorties de plus de garanties et de contrôle pour préserver les libertés individuelles".

Source : ZDNet
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
47 commentaires
    Votre commentaire
  • Blk
    Rooh...Ce type essaye de faire passer des lois qui nous enlève des libertés sous un "pseudo-pretexte" d'antiterrorisme! C'est vraiment n'importe quoi de laisser passer ça !! C'est comme si on devenait Etasuniens -_- Surtout qu'il va voir Bill Gates pour se renseigner !!
    0
  • lissyx
    J'attends les défenseurs de la veuve et l'orphelin qui beuglaient contre novatris. là y'a un vrai danger.
    0
  • grossefrancoise
    Sarkozy à l'oeuvre.

    C'est vraiment ce genre de loi qui fait peur. L'atteinte au liberté est une chose sensible et j'espère sincérement que la CNIL sera là pour les préserver.
    0