Japon : les usines Sony et Panasonic durement touchées

« On sait que ça va perturber une partie de l'industrie mondiale dans quelque temps », indique à l'AFP Philippe Citroën, directeur général de Sony France.

Le séisme survenu au Japon et les incidents qui en ont découlé auront bien une incidence sur l’économie numérique mondiale. Grand producteur de téléviseurs, téléphones mobiles ou encore de composants électroniques, le Japon va peiner pour assurer une production décente dans les jours à venir.

Chez Sony, ce sont six usines qui ont été arrêtées. L’une d’entre elles a d’ailleurs été totalement ensevelie sous la vague de 10 mètres qui a touché la ville de Sendai.

Panasonic éprouve les mêmes difficultés. Quelques-unes de ses usines ont dû être fermées par mesure de précaution. Elles se trouvent à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima, instable à l’heure actuelle.

Même si les usines n’ont pas été détruites, elles nécessitent un grand nettoyage et surtout de recaler leurs machines. La fabrication de produits électroniques est « une activité très précise, une affaire au dixième, voire au centième de millimètres près », explique un expert à l’AFP. « Même si ce n'est pas cassé, il faut tout recaler. »

Nintendo qui doit sortir sa 3DS le 25 mars en France nous a confirmé qu’il n’y aurait aucun retard. Leurs usines de 3DS ne sont pas au Japon et leurs bureaux de Kyoto n’ont pas été touchés. Ajoutons cependant que la 3DS est livrée avec une carte SD de Toshiba. Cette même firme a annoncé la fermeture temporaire de ses deux usines fabriquant les cartes mémoire. Nintendo affirme que cela ne les perturbe pas.

Selon les analystes, les événements survenus au Japon n’entraînent pas encore de rupture de stock. Néanmoins, il ne faudrait pas que la remise en place des infrastructures dépasse trois mois. Au-delà, le manque pourrait commencer à se faire ressentir, selon eux.

A lire sur le sujet sur Tom's Hardware : Japon : iSuppli prédit pénurie et hausse de prix à partir d'avril