Jeux en ligne : insulter ses adversaires les rend meilleurs

Est-ce vraiment utile d’insulter ses adversaires pour les déconcentrer en pleine partie de FPS (First Person Shooter) ? Une vidéo très originale prouve que ce n’est finalement pas vraiment profitable.

Il existe plusieurs techniques pour perturber ses adversaires lors d’une partie de FPS. Le flood, qui consiste à noyer son concurrent de textes inutiles, est l’une des plus anciennes. Avec la généralisation du jeu en réseau, le « trash talk » devient monnaie courante, les insultes se font maintenant de vive voix. 

Une aide à la concentration ?

Les hardcore gamers peuvent tout de suite arrêter cette technique qui s’avère inutile. Le site Rooster Teeth vient de le prouver dans une vidéo. Un soldat tire sur une cible située à plus de 90 mètres. Durant la première session, il le fait de manière classique, dans le calme. La deuxième session est plus particulière puisqu’on lui inflige un fond sonore constitué d’insultes assénées par trois geeks confortablement installés dans un canapé.

Pas de chance pour ces derniers qui croyaient ainsi le déstabiliser, le tireur d’élite réalise un meilleur score dans ces conditions difficiles. Amateurs de FPS, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
18 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • SimR69
    Le title « insulter ses adversaires ne les rend pas moins bons » aurait été plus correct, car avec à peine 3 % d'amélioration du score on ne peut pas vraiment parler de « meilleur ».
    Mais bon, votre titre a l'avantage d'être plus racoleur, ce qu'apparemment vous aimez beaucoup… -_-
    2
  • Kenelm
    Ben racoleur... faut quand même que ça donne envie de lire l'article, non ?

    Sinon si les mecs de Rooster Teeth commencent à faire des vidéos avec les mecs de Mega 64, ça risque d'être drôle :D
    0
  • Alrim
    Mais quand on prend un soldat entraîné à combattre dans un environnement hostile on n'obtient pas les mêmes résultats qu'avec le jeune Kevin, 12 ans.
    3