Microsoft assigne Google en justice

Infos-du-Net.comL'affaire aura fait du bruit chez l'éditeur de logiciels autant que chez le moteur de recherche, mais il est bien connu que Microsoft n'a pas pour habitude de faire dans la dentelle.

Ainsi, ce dernier a porté plainte à Seattle contre Google, ainsi que contre un ancien salarié de Microsoft pour non respect d'une clause de non concurrence dans le contrat signé avec la firme, ne manquant pas de ranimer les tensions entre les deux concurrents.

Revenons donc aux débuts du conflit afin de mieux comprendre les motivations de l'entreprise de Bill Gates.

Nous sommes en Chine, et Google vient tout juste d'y annoncer l'ouverture de son nouveau centre de développement.
Le marché à prendre dans ce pays est très intéressant pour l'éditeur et il profite donc de son économie croissante et de ses excellentes universités pour s'y implanter et attirer les ingénieurs et autres spécialistes en informatique qui peuplent l'endroit.

Parmis les nouvelles recrues, on compte un certain Dr Kai-Fuu Lee, scientifique très réputé dans l'industrie informatique chinoise, et considéré par certains comme un pionnier du domaine dans ce pays.



C'est ici que les problèmes commencent à arriver, car si le curriculum vitae du nouvel employé est en effet plutôt brillant, il n'en reste pas moins que celui-ci présente un passage de plus de 7 ans chez Microsoft, de 1998 à 2005 en qualité de vice-président (quand même), et que le contrat signé entre le docteur et l'entreprise stipulait une clause de non concurrence, c'est à dire qu'une fois que ses fonctions chez Microsoft auraient pris fin, l'homme n'avait pas le droit de travailler chez un concurrent direct de l'entreprise pendant une durée déterminée.

Or, la firme de Redmond estime que son ancien employé n'a pas respecté cette clause en allant travailler chez un concurrent à sa sortie de chez Microsoft.

Il faut malgré tout préciser que ce n'est pas la première fois que Google se sert directement chez Microsoft, puisqu'une affaire similaire avait déjà eu lieu en mars dernier, avec l'embauche par Google de Marc Lucovsky, qui avait déjà travaillé pour Microsoft sur des projets comme Windows NT ou encore .NET.
Il semblerait que la firme avait à l'époque décidé de passer l'éponge, cependant, on ne peut s'empecher de penser que cette plainte porte en elle des airs de vengeance envers le moteur de recherche concurrent.

"Mr Lee a eu accès à des informations sensibles de l'entreprise, aux données secretes sur nos recherches technologiques ainsi qu'à notre plan de marchéage en Chine", Affirme Microsoft dans un communiqué, "ni Mr Lee, ni Google n'a tenté de négocation d'aucune sorte, tous ces facteurs ne nous ont pas laissé le choix et nous avons du faire le nécessaire pour protéger nos informations confidentielles".

Source : ZDNet UK
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • imer@IDN
    Je trouve que Microsoft a raison, la clause de non concurrence est une clause légitime, et dans ce cas c'est flagrant
    0
  • borisxx342
    enfin d'un autre coté vu que microsoft touche de plus en plus à tout, bientot une clause de non concurence chez eux obligera leurs anciens employés a vendre des hot-dogs en ukraine...
    0
  • Twiggy38@IDN
    Le problème est ailleurs : la clause de non-concurrence est totalement justifiée pour une entreprise innovante. En effet si un employé part chez un concurrent ce serait trop facile de donner les projets en cours et autre, je n'imagine pas le nombre de débauchage qu'il y aurait.

    Cependant avec le fait que de nos jours changer d'entreprise est devenu totalement normal et qu'on change à peu près tous les ans de boîte (pour les managers et les ingénieurs), il faudrait trouver une autre solution car sinon il est nécessaire d'avoir trop de domaines de compétence...

    Prenons un exemple, si je ne veux travailler que pour un fabricant d'antivirus car c'est ce que je sais faire et que je bosse chez Symantec avec une clause de non-concurrence de 3 ans, je part au bout d'un an et chbim, pendant deux ans je ne peux plus exercer dans une boîte fabricant des antivirus ...

    Heureusement je peux toujours rejoindre une boîte de sécurité qui ne fabrique pas d'antivirus, et du coup si elle décide d'en fabriquer après mon embauche la clause ne peut pas jouer.

    Cependant sur le plan légal il est très facile de contrer cette clause car elle doit être très bien écrite pour être valide et qu'elle est cassable par beaucoup de moyens.
    0